Partagez | 
 

 Fire flower ft. Arashi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

     Sawamura Shinji ;;
avatar
» DAFFY, MODOCANARDEUR
» Messages : 53
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 35
» Situation : Seul, sauf la nuit. Quoi ça compte pas ?
» Emploi : Employé à temps plein de Primatech... mais j'travaille aussi fort que le type qui fait les photocopies.
» Pouvoir : Persuasion

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Fire flower ft. Arashi   Dim 24 Avr - 22:22

« Sawamura, t’as pas atteint ton quota de déplacements cette semaine, ton attitude est un peu décevante… » Il avait l’habitude de toute façon. Il se prenait ce genre de remarque au moins une fois par mois depuis près de huit ans alors… Mais à chaque fois il réussissait à s’en sortir, sans doute parce que Primatech jugeait qu’il était utile à leur dessein et qu’au final ils ne pouvaient pas se permettre qu’il rejoigne l’autre camp. Enfin, il serait rapidement traqué et rattrapé, puis réduit au rang de hamster de laboratoire, voire même pire. Il n’avait pas le droit de se servir ouvertement de son pouvoir à la compagnie mais son charisme naturel et son aptitude pour le mensonge le sortait bien souvent de mauvaises passes. Shinji fit quelques courbettes en promettant de faire mieux pour la semaine prochaine, voire de dépasser son record personnel – les mêmes promesses sans fondement qu’à l’habitude – et de s’excuser personnellement au boss. Son supérieur, visiblement satisfait, le laissa donc partir par après, et Shinji s’excusa avant de fermer la porte derrière lui.

« Quel crétin fini. »

Claquant sa langue contre son palais et passant la main dans ses cheveux, il prit la gauche dans un couloir éclairé par des néons qui perdaient de leur intensité, direction… là où ses pas le mèneraient. Agacé ? Sur le moment, oui, comme d’habitude, mais ça s’en allait rapidement. Il trouverait une autre distraction et son irritation se ferait la malle tranquillement, comme si elle ne s’était jamais installée. Mais pour l’instant, ses sourcils froncés avertissaient tous ceux qu’il croisait qu’il ne valait mieux pas l’énerver. Remontant un étage dans des escaliers en fer, sur lesquels ses souliers claquaient à en faire mal aux tympans, il ouvrit la porte qui menait à la cafétéria, et s’arrêta un instant. Toutes les tables étaient libres, sauf une : un chef de division et une demoiselle assis à une table. Ils semblaient finir une sorte de meeting ; le chef rangeait quelques papiers dans une pochette en carton, échangeant quelques politesses que Shinji n’entendit pas. Il jeta un coup d’œil à sa montre, puis releva les yeux vers la demoiselle : l’homme s’en allait, la laissant derrière. Avant qu’elle n’ait la mauvaise idée de s’en aller, Shinji s’approcha, se laissant tomber sur la chaise devant elle dans le temps de le dire.

« Une nouvelle recrue ? Je t’avais jamais vue avant. Sinon je m’en serais rappelé… »

Et voilà, ça sentait le mauvais plan drague à dix kilomètres à la ronde mais bon. On ne change pas un grand charmeur dans l’âme. Étrangement, tout signe qu’il avait été profondément agacé cinq minutes plus tôt s’était envolé, laissant place à un tendre sourire de Don Juan. Il prit la peine de détailler la demoiselle un instant, sans vraiment faire attention à l’endroit où son regard déviait : de grands yeux marron, de longs cheveux soyeux, une belle peau et surtout, seigneur, des lèvres comme aimantées. Espérons seulement que la demoiselle n’était pas télépathe, sinon elle aurait entendu des trucs pas très catholiques dans la tête de son nouvel interlocuteur.

« Si je peux t’aider pour quoi que ce soit, tu peux me demander n’importe quoi. »

Il lui tendit la main au-dessus de la table, galamment, et la fixa directement dans les yeux – mauvaises manières pour un Japonais, mais bon, on ne pouvait pas trop changer ses mauvais plis. Considérant qu’il s’était élevé tout seul, certaines règles de politesse lui échappaient… ou alors il n’avait simplement pas envie de les respecter. Tout simplement.

« Sawamura Shinji. Mais tu peux m’appeler ‘senpai’ si tu préfères. À qui ai-je l’honneur ? »

Oui bon c’était le mauvais plan qui continuait, mais Shinji ne s’attendait jamais à une mauvaise réaction ; elles avaient été si rares dans toute sa carrière de bogoss qu’il pourrait les compter sur les doigts de la main d’un manchot.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Hashimoto Arashi ;;
avatar
» Messages : 34
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 28
» Situation : Célibataire
» Emploi : Employée chez primatech
» Pouvoir : Pyrokinésie

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Fire flower ft. Arashi   Mar 26 Avr - 15:57

Assise, ou plutôt avachie. Arashi écoutait son père. Enfin, son partenaire plutôt. On peux pas réellement dire qu’il s’agisse d’un père. D’ailleurs il lui a lui-même dit, il n’avait pas de fille, elle ne devait pas avoir de père non plus. C’est mieux ainsi, les hommes ne sont bons qu’à blesser les autres. Il valait mieux pour elle qu’elle ne le voit qu’en tant que collègue, ce serait bien plus facile. D’ailleurs, elle se comportait pas du tout comme une jeune fille qui retrouve son père après tant d’années, la preuve, alors qu’il lui montrait tout un tas de dossier sur des personnes comme elle qu’ils devaient retrouver, elle n’écoutait que d’une oreille distraite. Son esprit vagabondait plus vers sa mère, qu’elle n’avait pas vu depuis un moment. Maintenant qu’elle avait enfin quitté sa cellule, peut-être pourrait-elle enfin lui rendre visite. En parlant de visite, il lui rendu visite lui? Remontant ses genoux devant elle, elle entoura des jambes de ses bras et fixa « son père », le menton sur les genoux. Il fronça les sourcils devant sa position mais continua son speech. Finalement n’y tenant plus elle lui coupa la parole. « Tu es allé voir maman? »

Elle n’avait pas pu s’en empêcher, ça avait été plus fort qu’elle. Lui, leva les yeux vers elle, visiblement agacé. Arashi avait toujours su que malgré tout, sa mère pensait inévitablement à son mari et que l’amour qu’ils avaient pu partager lui manquait. Son choix de partir avec Arashi était un choix de mère, pas celui d’une femme. Si son père était allé au moins une fois la voir, Arashi pourrait peut-être le détester qu’à moitié. « Pourquoi j’y serais allée, elle l’a cherché puisqu’elle est partie avec toi. Elle savait très bien qu’elle finirait à l’hôpital ou à la morgue. » Visiblement, il n’avait rien compris et elle n’ont plus. C’était pas demain la veille qu’elle le détesterait moins. Elle reprit son masque froid. Au moins, elle aurait essayé… « Puisque tu n’as pas l’air concentré, je vais faire mon boulot. Je ferais en sorte que tout ses dossiers te soient envoyés chez toi. » Et voilà qu'il battait carrément en retraite. Il récupéra ses papiers et laissa la jeune femme seule. Enfin elle ne le resta bien longtemps. « Une nouvelle recrue? Je t’avais jamais vu avant. Sinon je m’en serais rappelé… »

Elle leva un sourcil et le fixa. Il nous referait pas un plan drague foireux lui? D’en d’autre circonstance, elle aurait été bien tenté, mais le pauvre tombait mal. Elle venait encore une fois de voir toute la cruauté masculine et elle n’avait réellement pas envie de s’amuser. Elle passa une de ses jambes sous ses fesses et s’adossa à sa chaise. « C’est certainement écrit sur mon front. » Elle gardait toujours son expression hautaine, montrant clairement qu’elle voulait pas de discussion. Mais lui ne semblait pas du même avis. « Si je peux t’aider pour quoi que ce soit, tu peux me demander n’importe quoi. » Comme si elle allait lui demander de l’aide. Elle n’a jamais besoin d’aide. « J’y penserais à l’occasion. » Allait-elle pouvoir être enfin débarrassée de lui. Non, loin de là. Il lui tendit la main et la fixa droit dans les yeux. On peut dire qu’au moins, il changeait les règles de bienséances. Une attitude qui pourrait plaire à Arashi, dans d’autre circonstance… « Sawamura Shinji! Mais tu peux m’appeler ‘senpai’ si tu préfères. A qui ais-je l’honneur? » Le retour du plan foireux… Elle qui avait apprécié son attitude, ne supportait pas vraiment sa façon de draguer. Elle lui tendit tout de même la main, n’allons pas causer de scandale avec ses collègues, dés le départ, ça pourrait mal finir. Une menace silencieuse pourrait mieux passer. Lui serrant toujours la main, elle se contenta d’une petite étincelle, juste pour montrer qu’elle n’était pas contente. « Hashimoto Arashi. Et j’ai du mal avec ta façon de draguer. » Elle lui lâcha alors la main, stoppant son don immédiatement. Elle ne le lâcha pas pour autant du regard. Au final, il était peut-être la distraction dont elle avait besoin à ce moment précis. Espérons qu’il ne s’enfuit pas après la menace d’Arashi. Elle en serait bien déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Sawamura Shinji ;;
avatar
» DAFFY, MODOCANARDEUR
» Messages : 53
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 35
» Situation : Seul, sauf la nuit. Quoi ça compte pas ?
» Emploi : Employé à temps plein de Primatech... mais j'travaille aussi fort que le type qui fait les photocopies.
» Pouvoir : Persuasion

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Fire flower ft. Arashi   Mer 27 Avr - 17:05

Draguer, v. : petit plaisir de la vie que Shinji aimait particulièrement. Après tout, c’était tellement amusant de voir les réactions des filles qu’il abordait ; certaines étaient gênées et intimidées, d’autres carrément charmées, et d’autres bien sûr tournaient les talons sans un second regard. Shinji aimait à dire qu’il y avait beaucoup moins de celles de cette dernière catégorie, mais de là à dire que c’était la vérité toute crue… Enfin, tout ça pour dire que Shinji draguait comme il respirait. Souvent innocemment, voire la plupart du temps : ça lui donnait un peu d’attitude et avec de la chance, il se faisait une conquête d’un soir ou juste quelqu’un avec qui papoter. Parce que mine de rien, ce n’était pas parce qu’il était foncièrement égoïste qu’il n’aimait pas parler – ou qu’il ne parlait que de lui. Mais comment dire… la jeune femme qu’il venait de repérer était un cas particulier. Déjà, c’était une collègue, ce qui n’était pas dans les habitudes de Shinji, considérant qu’il ne passait que peu de temps à la Compagnie. Et ensuite ben… disons qu’elle n’exhalait pas non plus l’aura la plus réceptive du siècle. Un peu de challenge n’avait, cependant, jamais tué personne. Pour une nouvelle, elle semblait fort à l’aise par contre. « C’est certainement écrit sur mon front. » Sarcastique cette petite ? Bon point. Les filles pas d’humour – parce que oui, Shinji considérait cela comme de l’humour – ce n’était pas trop pour lui. Malheureusement pour elle, elle venait de gagner un point, cette petite chanceuse ~ Du coup, forcément, il n’allait pas s’arrêter maintenant. Mais plus il lui faisait la conversation, plus les phrases de la miss se faisaient courtes. Fort dommage, parce que même si Shinji était un beau-parleur, il n’avait pas des sujets à l’infini en tête. Et à moins de parler du kit de serviettes de bain qu’il avait achetées en rabais l’autre jour…

Il avait donc fini par se présenter, lui tendant poliment la main. Après tout, c’était la moindre des choses à faire pour montrer qu’on savait vivre – ah oui, les yeux ancrés dans ceux de son interlocutrice. Manque de manières le plus complet, mais elle ne semblait pas trop s’en formaliser, puisqu’elle serrait sa main à son tour… en lui laissant une petite surprise au passage. « Hashimoto Arashi. Et j’ai du mal avec ta façon de draguer. » Ah vraiment ? Mais pour l’instant ce n’était pas trop ça qui l’inquiétait, mais bien l’état de sa main. Il avait bien vu l’étincelle de feu qu’Arashi avait provoquée, et même si bon, ça n’avait pas fait mal… il préférait s’assurer de la condition de ses doigts. Il observa donc pendant une simple seconde l’absence de brûlure de sa paume, et décocha par la suite un regard à la fois amusé et intrigué à son interlocutrice – Arashi, donc. C’était mignon, comme prénom. Et étrangement bien choisi. Son sourire finit par s’élargir, et il s’appuya sur le dossier de la chaise.

« Moi, draguer ? Pas du tout, tu te méprends sur moi. »

Non, elle ne se méprenait pas, mais bon, il n’allait quand même pas la forcer hein ; dommage, parce qu’elle était drôlement mignonne. Toujours souriant, il détailla quelques instants la réaction d’Arashi, et finit par ajouter :

« Dans tous les cas, enchanté de faire ta connaissance. T’as un caractère, comment dire… enflammé. Tempétueux, même. J’aime bien, ça fait changement. »

Oh, Shinji et l’art de faire des jeux de mots pourris… Utiliser le nom et le pouvoir de son interlocutrice pour faire un tel commentaire devrait être passible d’amende. Enfin, quand il disait qu’il appréciait, ce n’était pas faux. Il était un peu déçu de ne pas pouvoir continuer son petit jeu – enfin, chassez le naturel et il revient au galop j’ai envie de dire – mais il aurait d’autres occasions de se rattraper ~ Lui, partir ? Jamais. À moins qu’Arashi ne lui en fasse explicitement la demande, peut-être accompagnée d’une autre menace ou deux. C’est sûr que l’optique de se faire poursuivre par une nana qui pouvait te transformer en brochette grillée c’était plus ou moins… tentant.

« C’était qui l’autre, tout à l’heure ? »

Indiscret ? À peine. C’était mal le connaître… ou pas.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: Fire flower ft. Arashi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fire flower ft. Arashi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes ::  :: Primatech Paper :: Cafétariat-