AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never forgive, never forget - Jin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

     Nakamura Yasuo ;;
avatar
» FUFU, ADMIGRAPHIKUSHI
» Messages : 114
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 34
» Situation : Célibataire
» Emploi : Employé de la Compagnie
» Pouvoir : Electrokinésie

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Never forgive, never forget - Jin   Dim 24 Avr - 22:38

Tokyo, des rues, des gens. Elle. Elle n’était peut-être pas en sécurité. Peut-être qu’on lui avait menti. Peut-être qu’ils s’en prendraient à elle. Elle était comme lui. Il n’y avait jamais pensé avant. Il n’avait jamais cru que ça pouvait être possible. Que ce genre de coïncidences pouvait exister. Marchant dans la rue, à quelques mètres derrière elle, laissant plusieurs personnes les séparer, il regrettait. Il regrettait de ne pas pouvoir s’approcher un peu plus, poser sa main sur son épaule pour la voir se retourner, surprise, en découvrant le visage de ce jeune homme qu’elle connaissait depuis toujours. Il regrettait de ne pas l’avoir en face de lui, à lui parler comme si de rien n’était. Il se serait plaint de son père, comme d’habitude. Elle lui aurait parlé de ses quelques escroqueries, parce qu’il savait ce qu’elle faisait. Il l’avait toujours su. Il connaissait son histoire, il connaissait son caractère, il connaissait tout son être comme si elle était une partie de lui-même. Il était ridicule. S’être attaché à une personne de cette manière alors qu’il prônait la liberté, du moins la seule dont il pouvait encore jouir aujourd’hui : celle de ne jamais tenir à quelqu’un. Oh bien sûr, il y avait aussi Akira. Akira qu’il n’avait pas revu depuis tellement longtemps maintenant. Mais elle, ça n’était pas pareil. On parlait de sentiments. On parlait d’une chose à laquelle il s’était toujours refusé. Et maintenant qu’il s’interdisait formellement de lui parler, essentiellement pour son bien à elle, il avait plus besoin que jamais d’être avec elle. Leur histoire était compliquée. Il n’y avait qu’une seule chose à retenir : il l’avait toujours abandonnée. Il n’avait jamais été capable de lui faire la promesse de toujours rester avec elle. Il avait toujours fallu qu’il parte. Il avait toujours fallu qu’au moment où leur histoire connaissait un début de naissance, elle soit avortée, tout simplement parce que même à cette époque, il était au courant de tout. Il y avait aussi cette peur qui lui tiraillait les entrailles. Juste parce qu’il n’avait jamais voulu de ce genre de choses. Juste parce qu’il l’avait toujours rejeté du plus profond de son être. C’est bien connu. On ne se rend compte de la valeur d’une chose qu’une fois qu’on l’a perdue. Définitivement.

Il marchait derrière elle. C’était peut-être la première fois qu’il en était aussi proche depuis qu’il l’avait quittée la fois précédente, rappelé par ce qu’il considérait toujours comme étant véritablement son devoir. Les mains dans les poches, la tête baissée, vêtu de vêtements tous plus neutres les uns que les autres, il avançait, se mêlant savamment à la foule. Il en avait l’habitude. Il avait fallu s’adapter. D’abord pour éviter les membres de la Compagnie. Ensuite pour les suivre afin de découvrir certaines choses. Pourtant, avec elle, il fallait toujours être plus prudent. Peu importait. S’il ne le savait pas encore, il l’apprendrait à ses dépends plus tard. Continuant donc de marcher, il ne le faisait que parce qu’il voulait s’assurer qu’elle allait bien. Si d’autres le faisaient, il s’en serait rendu compte. Oui, il le faisait uniquement pour la protéger. Pas parce qu’elle lui manquait. Pas parce qu’il avait ressenti cette envie irrépressible de la revoir. Même de dos. Elle était la clause principale de son contrat avec son père. C’était ridicule. De faire tout ça pour la protéger de cette Compagnie. Ca passerait. Ca passait toujours. Sauf cette fois. Sauf cette fois, parce qu’elle avait fini par se retourner.

Ses yeux étaient rivés dans les siens. Son expression n’avait pas changé. Pas de sourire aujourd’hui. Il n’y en aurait pas non plus quand ils se sépareraient. Ses mains étaient restées dans ses poches. Il s’était juste arrêté en même temps qu’elle, supportant leur face à face comme il aurait supporté n’importe quel autre. Il ne laisserait rien transparaître. Elle devait avoir une image négative de l’homme qu’il était devenu. Il fallait qu’elle la conserve. Ca vaudrait probablement mieux. Alors quoi ? Il attendrait qu’elle parle la première, puis il lui répondrait ce qui l’énerverait le plus, juste pour s’assurer qu’il ferait bien son travail, qu’il n’aurait pas à s’inquiéter ? Oui mais si elle disparaissait après ? Si lui n’était pas capable de la retrouver, rien ne disait que la Compagnie ne pourrait pas le faire. Il faisait tout ça pour elle. Il avait vendu son âme à ceux contre lesquels il s’était battu juste parce qu’elle existait ? Il n’y avait pas que ça. Mais malgré tout ce qu’il disait, malgré qu’il resterait toujours du côté de ce qu’il croyait juste, il devrait y rester. Malgré l’aide qu’il apportait aux autres, il serait toujours un employé de Primatech, un type dont la mission était de chercher et attraper comme de vulgaires animaux des personnes qui n’avaient pas le moindre tort, si ce n’était celui d’être comme eux deux : différents. Il la regardait toujours. Ses yeux n’avaient pas quitté les siens. Il ne pourrait pas faire comme s’il ne la suivait pas. Il était trop intelligent pour ça. Il n’aimait pas ce qu’il voyait. Il le détestait même. Il le détestait parce que c’était la chose qui avait le plus d’importance au monde à ses yeux. Il détestait ce qu’il voyait parce que c’était une femme, la femme. Celle qui l’avait transformé en une personne qui détestait ce qu’elle faisait. Et si elle savait, elle le détesterait sûrement aussi.

« Grillé. »

Il n’avait rien d’autre à dire ? Non. S’il voulait éviter que tout ne se répète encore une fois, il ne devait pas faire comme d’habitude. Il l’avait abandonnée, elle devait le détester et lui ne désirait pas que les choses changent. Il voulait qu’elles restent les mêmes. C’était le plus sûr pour elle. Et lui, il pourrait avoir l’esprit tranquille, même si la parole de son père n’avait pas la moindre importance. Lui, il était Nakamura Yasuo. Et elle… Elle était Jin. Simplement Jin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Miharu Erina ;;
avatar
» COOKIE, FONDADMINTOMIQUE
» Messages : 38
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 27
» Situation : Célibataire
» Emploi : Etudiante en médecine
» Pouvoir : Compression du continuum espace-temps

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Lun 25 Avr - 18:11

    Jin venait tout juste de quitter son appartement. Après quelques heures de sommeil prises le matin même, elle avait filé sous la douche pour s'éclaircir les idées avant d'enfiler un t shirt gris imprimé aux motifs noirs, un veston de la même couleur et le short qui allait avec. Les cheveux encore humides, elle s'était pris une brique de lait pour seule repas. Brique de lait qu'elle avait consommé tout en enfilant ses bottines. Aujourd'hui, elle n'avait pas grand chose à faire sinon glander. La veille, elle venait tout juste de terminer un nouveau travail et ce matin, le patron de la boîte de nuit qu'elle avait escroqué devait encore pleurer. Oui, sa nuit avait du être agitée et elle ne doutait pas avoir mieux dormi que lui en quelques heures ce matin. Mais pour une personne qui escroquait ses clientes depuis des années, il était déjà anormal qu'il ait pu dormir pendant tout ce temps. C'était un juste retour.
    Pas inquiète le moins du monde d'être repérée parce qu'elle était certaine que le personnage qu'elle avait joué était parfait, elle pourrait aujourd'hui savourer une nouvelle victoire. Une journée plus agréable que les autres en somme. Sans se presser, elle avait descendu les escaliers de son immeuble jusqu'à sentir l'air sur ses jours. L'atmosphère était plutôt lourde pour un simple mois d'avril. Poussant un soupir, elle s'était dirigée vers les rues commerçantes à pied. Si elle avait voulu rafraîchir l'air, elle aurait sans doute pu. Mais le don qu'elle avait, elle essayait de faire en sorte qu'il soit le plus discret possible. Evidemment, selon ses humeurs, ce n'était pas toujours aussi simple. Elle avait parfois peine à se maîtriser malgré son tempérament assez calme. Quand on maîtrisait la plupart de ses émotions depuis des années, ça vous aidait pas mal au final pour ce genre de problèmes.
    Si elle se contentait de vivre avec ce don sans faire de vagues, elle n'en n'était pas moins consciente que si des personnes venaient à l'apprendre, ça ne pourrait que tourner mal pour elle. Et si quelqu'un comme elle venait la trouver ? Quelqu'un comme elle ne voulait pas obligatoirement dire quelqu'un de confiance. Et pour ce qui était de la confiance, elle avait un gros problème quand il s'agissait de l'accorder.

    Jetant sa brique dans la première poubelle au détour d'une rue, elle n'avait pas mis très longtemps à arriver dans une rue plus animée. Son appartement était plutôt bien situé. Tout comme l'ancien, ou encore celui d'avant. Changer d'appartement était quelque chose qu'elle faisait régulièrement, et toujours pour les mêmes raisons. ça avait commencé avec le premier qu'elle ne s'était pas payée. Quand le gentil donateur avait disparu sans donner de nouvelles, elle en avait fait de même. Quand il était revenu et qui l'avait retrouvé, elle avait fait la plus grosse connerie de sa vie, celle qu'elle s'interdisait en tout temps. Et puis, il avait disparu et elle avait de nouveau changé d'appartement. C'était devenu en quelque sorte une habitude. Parce qu'à chaque fois, elle se promettait fièrement de ne plus le revoir. Parce que ce n'était pas la première fois qu'elle lui pardonnait, elle préférait désormais s'interdire toute chance de faiblir. Il était inutile de se dire qu'on était trop forte pour céder quand on avait déjà fait la preuve qu'on se mentait à ce sujet.
    Aujourd'hui, si elle aimait l'appartement qu'elle occupait, elle n'était pas sûre de devoir changer à nouveau. Si la règle de trois ne se limitait pas à trois, il reviendrait probablement. Et elle s'interdisait de penser qu'elle l'espérait ne serait-ce qu'un peu. Elle avait assez donné. Si sa vie n'avait rien de parfait, la manière dont elle la menait lui allait très bien pour panser les blessures qu'elle avait déjà.

    Et puis, parce qu'elle était en train de penser à tout ça, ou parce que son imagination lui jouait des tours, elle avait eu cette étrange impression. Cette impression que quelqu'un vous suit... mais pas n'importe qui. Le regard qu'elle sentait dans son dos lui était étrangement familier. Étrangement d'une manière qui ne lui plaisait pas.
    Impossible, elle se faisait des idées. Et elle se maudissait pour ça. L'idée de s'imaginer qu'il était en train de la suivre lui était tout simplement insupportable parce qu'elle avait cette cruelle impression qu'une infime partie d'elle l'espérait.
    Pourtant, le revoir était la dernière chose qu'elle voulait.
    Continuant sa route quelques minutes de plus, elle avait tenté de chasser ce pressentiment de sa tête. Ce n'était pas lui.
    Oui mais si c'était un autre, elle aurait du se retourner pour voir son visage ?
    Elle ne voulait pas. Si c'était le visage de Yasuo qu'elle voyait, elle était incapable de prédire sa réaction.
    Et pourtant, plus elle avançait, plus cette impression grandissait. Alors, elle avait finit par s'arrêter, elle avait finit par tourner la tête pour voir ses doutes se confirmer. Son regard planté dans le sien, elle n'avait rien dit. Le fixant sans détourner le regard, c'était probablement ce mot qui avait finit par lui faire froncer les sourcils. Sans ce mot, elle aurait peut être pu rester impassible et reprendre sa route. Et oublier qu'elle l'avait vu ? Elle n'aurait pas été capable de se débarrasser de ça, malgré tous ses efforts.
    Ignorant les personnes qui les dépassaient, elle avait finalement détourner les yeux, sentant que si elle le fixait quelques secondes de plus, l'énervement l'emporterait. Frustrant pour une personne qui parvenait à garder son calme dans des situations stressantes de voir à quel point il avait le don pour l'énerver en se pointant et en prononçant un simple mot.

    - Qu'est-ce que tu fais là ?

    Un jour, il faudrait bien qu'il se décidé entre disparaître pour de bon ou rester. Blesser sa fierté ou la blesser tout court, il l'avait trop fait.

    - T'as rien de mieux à faire que de me suivre ?

    Parce qu'il répondrait sincèrement à ces questions ?
    Peu de chance.
    Trop déçu, elle avait tenté pendant son absence d'en dresser un portrait qui lui permettrait de ne plus être aussi faible. Et dans ce portrait, elle aimait le voir comme un menteur à qui on ne pouvait accorder sa confiance.
    Reposant enfin son regard sur lui, elle avait ajouté:

    - Si t'as besoin de ça, y'a des quartiers très bien où tu trouveras ce que tu cherches pour très peu d'argent.

    Quoi ? A chaque fois qu'il venait, c'était une nuit avant de disparaître non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Nakamura Yasuo ;;
avatar
» FUFU, ADMIGRAPHIKUSHI
» Messages : 114
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 34
» Situation : Célibataire
» Emploi : Employé de la Compagnie
» Pouvoir : Electrokinésie

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Mar 26 Avr - 18:43

Qu’est-ce qu’il faisait là ? Il n’avait rien de mieux à faire que de la suivre ? Non. En fait, s’il avait pu choisir, il n’aurait jamais rien fait d’autre. Il aurait peut-être même choisi de ne pas avoir de don. Il aurait continué sa vie de voyage. Puis une fois qu’il serait revenu la première fois et qu’il l’aurait retrouvée pour la voir d’un œil totalement différent, il aurait décidé de rester. Au diable ses amis des Etats-Unis, ils n’auraient jamais eu la moindre importance de toute façon. Son père lui aurait foutu la paix parce qu’il n’aurait pas été aussi intéressant que maintenant qu’il maîtrisait l’électricité. Alors oui, il aurait été tranquille. Il serait resté, parce qu’aucun devoir ne l’aurait retenu ailleurs. Il aurait mené sa vie de la manière qui lui aurait convenue. Il serait resté avec elle et avec Akira, disparu de la circulation depuis un moment d’ailleurs. Il aurait su ce qui lui était arrivé. Il aurait pu partager de merveilleux moments avec elle. Ca se serait peut-être fini ? Peu importait. Refaire sa vie passée ne l’aiderait certainement pas à arranger les choses aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui, son meilleur ami avait disparu sans que personne ne sache comment ni pourquoi, et elle… Elle le détestait. Logique. Inévitable. Tant mieux. Lui aussi. Vraiment ? Non. Il était dans la Compagnie pour elle. Pour la protéger. Elle avait un don. Il ne savait pas lequel, mais son père était au courant. Le contrat avait sonné comme cette phrase on ne peut plus cruelle : c’était elle ou lui. Il avait choisi lui. Il la décevrait encore et encore. De toute façon, le deal était fait. Le mal aussi. Ne restaient plus que des souvenirs, des regrets, de la peine, de la haine peut-être. Sûrement. Elle le détestait pour l’avoir abandonnée. C’était légitime. Il la détestait pour l’avoir forcé, sans même le savoir, à mener une vie à laquelle tout son être se refusait. Il souriait tous les jours. Il faisait chier tous ceux qui s’approchaient de lui. Ils se foutaient d’eux, n’écoutait qu’à moitié ce qu’on lui disait, sortait avec les nouveaux amis ignorants le soir, draguait, se payait ce qu’il voulait. Presque la vie de rêve si ça n’avait pas été avec ça.

Mains dans les poches, il ne se sentait même pas le courage de l’affronter. Alors pourquoi l’avoir suivie ? Il n’avait pas l’intention de dire la vérité. Il n’avait pas l’intention de lui dire qu’il la protégeait. Il était bien trop fier. Et même, le croirait-elle ? Evidemment que non. Ca ne servirait à rien de lui dire. Elle croirait à un faux prétexte, une excuse bidon. Autant mentir dès maintenant. Il espérait lui épargner toute cette histoire. Et pourtant, il n’était pas totalement con. Egoïste, il lâcherait forcément la Compagnie un jour ou l’autre et Jin en pâtirait forcément. Il serait alors forcé de l’entraîner dans sa fuite. Malheureusement, les victoires contre une organisation comme celle-ci étaient rares. Il ne voulait pas qu’elle prenne de risques. Mais ça arriverait. Parce que s’il ne lâchait pas Primatech, la parole de son père ne durerait pas éternellement. Il le savait. Sourire chieur sur les lèvres qui lui arrachait la tronche, il entrait dans la peau du type qu’elle détesterait le plus.

« En fait, je t’ai vue de loin. Et je me suis dit : tiens, ça fait un bail que j’l’ai pas vue, si j’allai la suivre un peu ? »

C’est qu’il était bon acteur en plus. S’il avait pu, il aurait soupiré profondément. Il cherchait probablement à ce qu’elle lui foute une baffe. Suicidaire, mais c’était un peu son objectif. Si on la voyait trop souvent avec lui, les autres allaient se poser des questions. Son père surtout. Il était con. D’avoir décidé de la suivre lui-même. Il aurait du engager des types ou demander à quelqu’un de confiance. Là, il n’avait fait que se foutre dans la merde. Et elle avec. Il ne tenait pas à ce qu’on les retrouve ensemble. A ce qu’on les voie ensemble. Sa remarque ? Comme toutes celles que Jin pouvait lui dire, elle n’avait pas fait que le traverser. Elle était restée ancrée en lui. Si bien que les mots résonnaient encore dans son esprit et continueraient encore de le faire pendant bien trop longtemps. Comme à chaque reproche qu’elle pouvait lui faire. Pourtant, elle en avait tous les droits. Son sourire s’était élargi. Comme s’il se souvenait du bon vieux temps. Il n’était pas un type comme ça. Pas avec elle en tout cas. Il n’était pas l’enfoiré de première pour lequel il voulait se faire passer en ce moment. Mais c’était bien à ça que devait correspondre son portrait. Il faisait tomber le masque d’un Yasuo qu’il n’avait jamais été et qu’il ne serait jamais.

« On sait très bien toi et moi que je peux t’avoir à l’usure de toute façon, ça a déjà été prouvé. Mais rassure-toi, ça n’était pas pour ça. J’t’aurai pas vue tout à l’heure, j’pense pas que j’aurai cherché à te retrouver. Tu sais, les reproches, tout ça… C’est vraiment pas mon truc. Je préfère me rappeler du bon vieux temps, pas toi ? »

Gifle-le ma belle, il le mérite bien. Lui-même en était conscient. Soupirant, faussement nostalgique, son sourire carnassier dénotait presque clairement de son regard. Il se forçait. Mais vu la rancœur que Jin devait avoir envers lui, elle ne s’en rendrait certainement pas contre. Lui ? Il était bien trop occupé à l’entretenir pour s’en rendre réellement compte. Et à part son regard, ne le trahissant que très légèrement, tout chez lui semblait malsain. Qu’elle soit déçue. Ca l’arrangerait bien. Osant se rapprocher d’elle de quelques pas, la dominant de toute sa taille, il avait ajouté, dans un sourire pervers :

« Sûre que tu veux pas t’en souvenir ? »

Elle dirait non, il le savait. Tout comme il savait qu’elle penserait qu’il se moquait d’elle. Il la connaissait trop bien. Jin pourrait dire ce qu’elle voulait, elle faisait partie de lui. Il était la personne la connaissant le mieux au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Miharu Erina ;;
avatar
» COOKIE, FONDADMINTOMIQUE
» Messages : 38
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 27
» Situation : Célibataire
» Emploi : Etudiante en médecine
» Pouvoir : Compression du continuum espace-temps

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Mer 27 Avr - 15:20

    « En fait, je t’ai vue de loin. Et je me suis dit : tiens, ça fait un bail que j’l’ai pas vue, si j’allai la suivre un peu ? »
    Qu'est-ce que vous vouliez répondre à ça ? A part que ce type était un crétin fini, elle ne voyait pas trop quoi lui dire d'autres. Sa mine se renfrognant, elle pensait déjà à reprendre sa route en espérant le planter là plutôt que de devoir se le coltiner encore. Mais maintenant qu'elle l'avait vu, peut être qu'il renoncerait.
    Pourtant, elle était restée là. Ne vous faites pas des films. Elle n'avait pas envie de le revoir. Encore moins de parler avec lui. Ce type avait un don pour l'énerver sans sembler même se forcer. Non, c'était tout simplement la fierté qui avait fait qu'elle n'avait pas bougé. Partir c'était comme courber la tête et reconnaître une défaite qui n'était pas prête d'arrivée. Même si, dans son coeur, elle avait déjà perdu plus d'une fois, ces fois où il l'avait blessé en pliant bagages sans un mot.
    Mais ces jours étaient bien révolus. Aujourd'hui, si elle le voulait, elle pouvait parfaitement garder la tête haute et ne rien lui laisser qui puisse lui donner de la satisfaction. ça semblait plus facile quand le type en face de vous était parvenu à vous faire éprouver de la haine. Davantage encore quand, au cours des présentes retrouvailles, il s'arrangeait pour avoir une attitude des plus détestables.
    Etonamment, vu son tempérament, il lui serait difficile de garder son calme. En fait, pour être parfaitement honnête, elle sentait déjà la colère monter en elle.

    - Si j'avais besoin d'un animal de compagnie, j'en choisirai un mignon et qui ne bave pas partout, mais merci quand même.

    Alors c'était ça ?
    Ils allaient passer plusieurs minutes à s'envoyer des pics avant que leurs chemins ne se séparent de nouveau quand l'un des deux réaliserait que ça mène à rien. Et, qu'en plus de ça, ça ne faisait qu'empirer les choses.
    Pour le moment, à le voir afficher cette attitude, Jin avait finit par ressentir le besoin de se défouler un bon coup. Pas franchement utile quand on y réfléchit bien, elle aurait pu vous l'accorder si Yasuo ne s'était pas tenu en face d'elle à lui balancer connerie sur connerie, l'une plus agaçante que la précédente.
    Et puis surtout, si elle voulait que le temps se couvre, il n'y avait pas mieux.
    Penser qu'elle n'avait pas pris son parapluie n'allait cependant pas lui suffire pour conserver son calme. La solution la plus responsable était bien de lui tourner le dos, et elle avait pourtant garder cet air fier alors qu'il avait enchérit.
    Forçant un sourire à sa nouvelle remarque, elle n'avait pas tardé non plus à lancer le nouveau coup. Comment laisser passer ça quand on y mêlait le passé ?
    Dire qu'à un certain moment, elle avait pensé qu'il avait des sentiments pour elle. Plus qu'une simple attirance d'une nuit. Elle avait même espéré, raison pour laquelle elle le détestait encore plus aujourd'hui, qu'elle pourrait un jour lui accorder toute sa confiance. Elle avait espéré avoir trouvé une personne d'assez importante pour elle pour la voir encore dans sa vie d'ici cinq ans, dix et peut être même plus.
    Quand elle y pensait aujourd'hui, ça la rendait encore plus furax contre elle. Principale raison qui faisait qu'elle avait décidé de ne plus jamais plier. Elle avait été assez faible comme ça avec Yasuo. Il s'était moqué plusieurs fois, maintenant, il était hors de question de le croire encore pour céder.
    Quoique, cette fois ci, il ne semblait pas vouloir lui donner d'excuses.

    - La seule chose de bon dans ce bon vieux temps, c'est que c'est justement du passé.

    Et puis, il s'était rapproché, et c'était à cet instant que le ciel avait décidé de s'assombrir. Simple coïncidence ? Evidemment. Après tout, il n'avait pas prévu à la météo que cette belle journée finirait par s'assombrir ?
    Une chance qu'elle le revoie aujourd'hui en somme ?
    On pouvait voir ça comme ça.
    Intérieurement méfiante, elle avait gardé un air de défi sur le visage. Aujourd'hui, elle ne voulait plus connaître ce que le mot défaite pouvait bien signifier. Dans le passé, elle l'avait pensé aussi. Et puis, il avait débarqué comme si de rien n'était dans sa vie et leur relation avait finit par changer.
    Finalement, ça aurait été sans doute mieux qu'il ne reste qu'un grand frère qu'elle admirait. Mais on ne pouvait pas toujours tout décider.

    - Non merci, j'aimerai garder mon repas si ça t'embête pas. J'ai déjà donné question oeuvres de charité.

    Non, elle ne se doutait pas une seule seconde qu'il puisse jouer la comédie, trop aveuglée par sa propre colère.
    Bien sûr, elle avait pensé qu'il réagissait de manière différente, mais tout playboy finissait par se lasser de ses cibles au point de ne plus faire d'efforts quand il en croisait une ancienne. C'est ce qu'elle avait préféré penser plutôt que de se dire trop rapidement qu'elle se cherchait des excuses pour ne pas le détester comme elle se devait de le faire.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Nakamura Yasuo ;;
avatar
» FUFU, ADMIGRAPHIKUSHI
» Messages : 114
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 34
» Situation : Célibataire
» Emploi : Employé de la Compagnie
» Pouvoir : Electrokinésie

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Jeu 28 Avr - 21:37

C’était plus dur que ce à quoi il s’était attendu. C’était plus dur parce que c’était vrai cette fois. Plusieurs fois, Yasuo s’était imaginé leurs retrouvailles. Il s’était dit qu’il lui dirait le plus de choses blessantes possibles, simplement pour qu’elle ne veuille sincèrement plus jamais le revoir. Tout ça pourquoi ? Finalement, ils seraient forcément amenés à se retrouver. Elle était Jin. Jin, oui. Celle qu’il protègerait jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’il craque. Mais s’il pouvait lui permettre d’être en sécurité en la mettant de côté pendant un temps, alors il le ferait. Ca ne serait pas éternel, c’était certain. Mais ça valait bien le coup. Et aussi… Il avait peur, c’était vrai. C’était peut-être un manque de confiance. Ou simplement parce qu’elle le prendrait pour un dingue. Pourtant, il n’avait qu’à lui dire la vérité pour que tout s’arrange. En réalité… C’était bien plus compliqué. Il ne le pouvait pas. Parce que la connaissant, parce que se connaissant lui-même, il fuirait pour la mettre en lieu sûr, pour la protéger. La manière dont il la considérait était plus qu’étrange. Elle était toujours cette gamine qu’il avait voulu sauvegarder des autres parce qu’elle n’avait pas eu de chance suite à l’escroquerie de son père. Elle était toujours cette adolescente qu’il avait considéré comme sa propre sœur, tant et si bien qu’il lui avait même payé son propre studio lui-même, simplement parce qu’il n’avait pas voulu qu’elle subisse encore et encore des changements de famille. Elle aurait son chez elle. Elle s’était mise à escroquer les escrocs, il l’avait d’autant plus appréciée pour ça. Lentement mais sûrement, elle avait su gagner une place très importante dans sa vie. Elle était aussi le dernier lien qu’il avait avec sa mère. Simplement parce que le père de la demoiselle et cette fameuse mère avaient été amis autrefois. Jusqu’à ce qu’ils meurent tour à tour. Lui faire du mal à elle, c’était comme s’il se faisait du mal à lui-même. Il n’avait rien répondu à sa première remarque. Dans le fond, des deux, elle était celle qui avait le plus raison. Mais… Elle était aussi la plus ignorante. Tant mieux. Lui aussi, il aurait aimé l’être. Ignorant. Maintenant… Il ne pouvait pas faire comme s’il ne savait rien.

Peu importait finalement ce qui se dirait. Il fallait simplement qu’elle le déteste un peu plus. Elle devait l’oublier, au moins pendant le temps qu’il serait à Primatech. Ensuite… Il reviendrait la chercher. Quitte à la kidnapper, peu importait. Parce qu’une fois qu’il aurait quitté la Compagnie ou que son père aurait estimé ne plus avoir à respecter les closes de leur marché, il serait forcément là, comme un bon toutou, prêt à la sauver. Tu parles d’une vie de mec libre ! Remarque, mieux valait se dire ça. Parce qu’il pourrait se donner l’illusion de la détester. Au moins pendant quelques secondes. Ah oui, le bon vieux temps. Une fois de plus, il avait soupiré, nostalgique :

« Pourtant, tu avais l’air de trouver ça vraiment très, très, [u]très[/i] agréable. Et malheureusement pour toi, j’te connais suffisamment bien pour savoir quand tu joues et quand tu ne joues pas. Sans vouloir offenser ton super talent pour la comédie. »

Faux. Elle pouvait se montrer bien trop convaincante parfois. Mais peu importait. Là-dessus par contre, il ne mentait pas. Là-dessus, il aurait pu la démasquer. Epargnons-nous les détails. Préférons nous concentrer sur les efforts monumentaux qu’il faisait pour être absolument exécrable. « Non merci, j’aimerai garder mon repas si ça t’embête pas. J’ai déjà donné question œuvres de charité. » Il avait réussi à rire. On ne savait pas comment, mais il l’avait fait. Plus blessé qu’autre chose en réalité, mieux valait conserver l’image du playboy absolument horrible avec son ex. S’il flanchait, s’il faisait le moindre écart, il craignait qu’elle ne le remarque et qu’elle finisse par se douter de quelque chose. Ce n’était pas son objectif. C’était même loin de l’être. Emprisonnant le menton de la demoiselle entre ses deux doigts, il s’était une nouvelle fois rapproché un peu plus, se penchant légèrement même s’il conservait entre eux une distance de sécurité. On ne savait jamais. Pourtant, la gifle, il la recherchait.

« Question œuvre de charité, je pense avoir donné bien plus que toi. Mais si ça peut te rassurer, c’était tout de même très présent. »

Clin d’œil pour l’achever, Yasuo s’était humidifié les lèvres dans un sourire sadique. Grand Dieu. C’est qu’il était finalement un excellent comédien. S’il se donnait la peine de faire semblant parfois, par rapport à son père, probable qu’il aurait pu découvrir plusieurs choses intéressantes sur la Compagnie. Mais ça n’était pas pareil. Lâchant son menton, la forçant presque à reculer un peu sa tête, le jeune homme était allé chercher son paquet de clopes dans la poche de son pantalon pour s’en sortir une et se l’allumer avec son briquet. Posant à nouveau un regard moqueur sur elle tandis qu’il lui crachait presque sa fumée au visage, il avait ajouté, ultime coup de poignard :

« Dommage que tu sois plus aussi naïve qu’avant. Quoiqu’il était temps de te réveiller ma belle, parce que tu f’sais peine à voir. Enfin, c’était assez marrant, ta petite fidélité. Un peu comme un animal de compagnie. »

Lâchant un rire, comme s’il trouvait ça amusant, il avait rajouté :

« Ouais, c’était assez marrant en fait. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Miharu Erina ;;
avatar
» COOKIE, FONDADMINTOMIQUE
» Messages : 38
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 27
» Situation : Célibataire
» Emploi : Etudiante en médecine
» Pouvoir : Compression du continuum espace-temps

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Lun 2 Mai - 16:49

    Il n’avait rien de mieux à faire ?
    Il devait sans doute avoir des tas de gens à emmerder plutôt que de le faire avec elle. Elle ne doutait pas que ça puisse l’amuser, mais ça l’amuserait tout autant avec une autre. Elle avait juste envie d’être tranquille. A chaque fois, elle pensait plutôt bien s’en sortir. Quand quelque chose ou quelqu’un survenait dans sa vie, elle parvenait à garder le contrôle. Quand son père s’était suicidé, elle avait finit par devenir indépendante et surtout une escroc talentueuse. Quand Yasuo était partie, une fois, puis deux, puis trois… toutes les fois, elle s’était dit qu’il n’en valait peut être pas la peine. Si bien qu’au final, elle avait décidé de l’oublier. Mais s’il revenait à chaque fois, ce n’était pas si simple, bien qu’on doute qu’elle puisse le faire même sans ça. Cette fois-ci, il n’était pas venue pour jouer avec sa fierté et une fois de plus et il n’y avait aucun risque qu’elle se fasse avoir une nouvelle fois. Les belles paroles, elle en avait assez entendues de toute manière. Simplement, elle ne voulait plus revoir ce visage. Elle avait tiré un trait dessus la dernière fois, et respecter ça ne semblait pourtant pas dans ses cordes.
    Lâchant un soupir de mépris à sa nouvelle réplique, elle n’avait pas tardé à y répondre comme si elle le pensait réellement :

    - Et tu te dis playboy ? T’es même pas capable de te rendre compte quand une femme simule. Va falloir revoir les bases si tu veux être crédible.

    Sans détacher ses yeux des siens, elle lui avait donné un regard que très peu amical. Il l’avait bien cherché.
    De manière idiote, elle s’était parfois surprise à penser, pendant son absence, qu’elle pourrait juste faire taire sa fierté pour qu’ils redeviennent amis. Parce que, probablement, ne plus rien à voir avec Nakamura Yasuo était une idée trop difficile pour elle. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, il avait toujours appartenu à sa vie. Alors oui, pendant un temps, elle avait pensé que s’il refaisait surface un jour, elle ferait peut être cet effort.
    Et puis, Mère Fierté lui avait rappelé que ce type était tout simplement nocif pour elle et qu’il valait mieux couper les ponts. Aaaah comme cette Mère avait raison quand elle voyait la manière dont il se comportait.
    En fait, elle était juste ridicule à rester là pour lui répondre. Lui tourner le dos et reprendre son chemin aurait été tellement plus simple que de lui donner la réplique. Pendant quelques secondes, elle avait d’ailleurs regardé la rue avec elle avec envie. A quoi bon ? Même si elle lui donnait la satisfaction d’avoir le dernier mot, elle n’aurait plus à supporter tout ça…. Finalement, ça valait peut être le coup de lui laisser une prétendue victoire en l’abandonnant ici. Quand on y réfléchissait, elle était même plus gagnante dans ce sens là.
    Et pourtant, elle avait de nouveau porté son regard sur lui. Quelques secondes plus tard, elle lui lançait même un nouvel air de défi quand il s’était permis cette soudaine proximité. « Rapproche toi encore un peu et je t’en colle une » était sans aucun doute la pensée qui avait traversé son esprit à ce moment là.

    - Dis ce que tu veux, de toi ou de moi, je sais très bien qui n’en vaut pas la peine.

    Oui, la réplique était dure, mais il l’avait cherché non ?
    Tout comme il avait du cherché, sans le savoir, la pluie qui avait commencé à tomber. Les quelques gouttes qui venaient de tomber sur son visage ne lui avaient pas fait lever la tête. Et puis, la pluie s’était alourdie. Pas de doute, si elle restait là à lui parler, le tout allait se transformer en averse. Mais peu lui importait à elle d’être mouillée. La seule chose qui faisait qu’elle parvenait encore à se contenir était de se dire que si elle s’énervait plus, elle finirait par lui faire tomber la foudre dessus.
    Soupirant pour inspirer la seconde d’après. Alors qu’il parlait toujours, elle avait essuyé son menton comme si tout contact avait lui été capable de l’écoeurer.
    Naïve ? Elle l’avouait, elle l’avait été. Pour ne pas se rendre compte que suivre ses sentiments la feraient souffrir, ou pour naïvement croire qu’il était celui qu’elle espérait. En fait, c’était bien ce qui l’avait le plus énervé chez elle à l’époque. Mais au final, c’était plutôt une bonne chose. Désormais elle savait que si elle devait se fier à quelque chose, c’était bien à sa méfiance et pas à un beau sourire qui est tout aussi doué pour vous sortir de belles paroles. Oui, elle pouvait le dire, grâce à lui, elle était devenue plus méfiante et c’était une bonne chose.
    Raison pour laquelle, elle avait finit par afficher ce sourire moqueur avant de lui répondre le plus assurément du monde :

    - En parlant de ça, je devrais plutôt te remercier. Finalement, tu m’as plutôt été utile.

    Elle n’avait pas développé le sujet plus que ça. Elle avait juste finit par ajouter pour ne pas lui laisser la moindre satisfaction !

    - C’est toi qui revient toujours… le rôle du clébard te revient sans le moindre doute.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Nakamura Yasuo ;;
avatar
» FUFU, ADMIGRAPHIKUSHI
» Messages : 114
» Date d'inscription : 21/04/2011
» Age : 34
» Situation : Célibataire
» Emploi : Employé de la Compagnie
» Pouvoir : Electrokinésie

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Lun 2 Mai - 20:37

Il devait agir comme il agissait toujours face à une personne dont il se moquait complètement. Il devait lui faire croire qu’il n’en avait absolument rien à foutre. Qu’elle pouvait toujours se moquer un peu de lui ou quoi, elle ne ferait que l’amuser gentiment pendant qu’elle l’énerverait. Parce que c’était ça Yasuo. C’était un mec particulièrement insupportable. Il la traitait comme il en avait traité d’autres. Sauf que le problème avec elle, c’est que derrière tout ça, il y avait une histoire. Et des sentiments. Ca l’agaçait cette histoire. Sérieusement. En réalité, s’il n’avait pas joué ce rôle pourri, il se serait énervé. Il l’aurait saisie par les épaules pour la secouer, pour lui faire comprendre qu’elle n’avait qu’à lui dire de disparaitre de sa vie. Juste ça. Juste ces quelques mots et ce serait bon. Sur son visage, un sourire purement atroce restait, s’obstinait. Grand Dieu. C’est qu’il jouait divinement bien la comédie. Jamais il n’aurait cru pouvoir être capable de se forcer à ce point-là. Le pire dans cette histoire ? C’est que c’était pour elle. Uniquement pour elle. Parce que ça non, il ne le ferait pas pour lui. Dans d’autres circonstances… Dans d’autres circonstances, il n’aurait pas cherché à ce qu’elle le pardonne de quoi que ce soit. Il lui aurait simplement dit de faire attention, quitte à la forcer d’accepter qu’il la protège, juste parce qu’il ne lui aurait pas laissé le choix. Jin était trop fière. Trop indépendante aussi pour accepter l’aide de qui que ce soit. « Dis ce que tu veux, de toi ou de moi, je sais très bien qui n’en vaut pas la peine. » Il s’était contenté de rire doucement, apparemment réellement amusé de ce qu’elle lui disait plutôt que d’être atteint par ses mots. Le Yasuo qu’il était face aux personnes dont il se moquait totalement et ne l’appréciant pas aurait agi de la même façon. C’était ça qu’il devait faire. Il devait la voir comme une nana amusante qui ne pouvait pas le blairer. Et lui, il ne ferait rien pour l’aider. Tout simplement. Parce qu’il était sensé être un chieur, il faudrait la chercher encore et encore, la pousser jusqu’à la gifle.

La pluie s’était mise à tomber. De plus en plus dense. Pourtant, il n’avait pas bougé. Enfin, il était toujours devant elle, à se laisser tremper par la flotte, simplement parce que le Yasuo qu’il jouait en ce moment ne laisserait pas une personne partir avec le dernier mot. Enfin… Normalement, il aurait dû la laisser. Comme s’il s’en était totalement foutu. Sauf que ça n’était pas le cas. Et la voir comme ça… Ca ne lui plaisait pas. Probablement pas plus qu’à elle. Il fallait y passer. Au moins, elle ne chercherait pas à le revoir. Elle ne chercherait pas à comprendre quoi que ce soit non plus parce qu’il ne lui en donnerait pas l’envie. « C’est toi qui revient toujours… Le rôle du clébard te revient sans le moindre doute. » Des mots qui faisaient mal. Pourtant, son sourire s’était élargi. Tirant sur sa clope, peinant à rester allumée avec la pluie, il l’avait finalement jetée dans un soupir avant de fixer étrangement la demoiselle. Pas non plus de la manière dont il aurait aimé pouvoir le faire. Laissant le silence s’installer, il avait finalement sorti :

« Un clébard et une fille facile, un beau tableau non ? Faudrait proposer l’idée pour prochain Disney, ça ferait un malheur. Par contre, faudrait qu’ils revisitent la fin, histoire que des gamines naïves croient encore aux belles paroles de types comme moi. »

Mains dans les poches, il avait détourné les yeux pour se retourner. On ne savait jamais après tout. Et la dernière chose qu’il voulait, c’est qu’on le voie en compagnie de Jin. Cette fois-ci… L’envie avait été trop forte. Le pauvre. Déjà qu’il se mettait tout le monde à dos. Enfin, tout le monde… Seulement Akira, mais c’était déjà suffisant. Heureusement que Yasuo ne savait rien pour le moment. Il le recherchait. Activement même. Il n’arrêtait jamais vraiment. Et pourtant… Rien. S’il avait su que la Compagnie lui avait caché la captivité de son meilleur ami ainsi que son évasion, il n’aurait peut-être pas vu les choses du même œil. Cette scène n’aurait peut-être même jamais eu lieu. Parce qu’il les aurait lâché. Il aurait entraîné Jin avec lui et ils seraient partis à la recherche d’Akira.

« Bon. Pas que ça me soûle de croiser une vieille connaissance, mais j’ai des choses un peu plus intéressantes à faire. Comme… Euh… Laisser tomber la dernière nana qui m’est tombée dessus ? Sûr qu’elle est pas aussi mignonne que toi, mais elle est quand même pas mal dans son genre. »

Riant comme s’il avait lancé une blague, il avait tourné les talons pour… Finalement revenir sur les quelques pas qu’il avait fait. En un éclair, sans qu’elle ait pu s’y attendre, il avait posé ses lèvres sur les siennes. Juste parce qu’il savait que ça la répugnerait. Juste parce qu’il savait qu’avec ça, il se prendrait probablement une baffe. Un sourire suffisant sur les lèvres en même temps qu’il l’embrassait, il n’avait pas poussé le vice jusqu’à le faire bien longtemps. Elle se sentirait souillée ou une connerie comme ça. Tant mieux. Apparemment satisfait, il lui avait sorti, un sourire en coin :

« Désolé, en souvenir du bon vieux temps. Même si t’étais plus docile avant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Miharu Erina ;;
avatar
» COOKIE, FONDADMINTOMIQUE
» Messages : 38
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 27
» Situation : Célibataire
» Emploi : Etudiante en médecine
» Pouvoir : Compression du continuum espace-temps

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   Mar 3 Mai - 16:13

    Un beau tableau... c'était le moins qu'on puisse dire. Si beau pouvait avoir la notion de pathétique en lui, c'était probablement le meilleur terme à employer. Le seul point positif dans tout ça, c'est que l'erreur permettait de ne plus se tromper. Si ça avait été faux une fois, elle ne se laisserait plus avoir à présent. Même s'il changeait d'attitude, elle refusait de se laisser prendre à ce jeu là une nouvelle fois. Dommage. Il fût un temps où ils partageaient quelques chose. De la simple amitié à plus. Finalement, cette partie n'avait été que pour elle. Peut être qu'il avait eu de l'affection pour elle quand elle n'était encore qu'une gamine, mais il lui arrivait de douter même de cette partie.
    Les types comme lui, comme il le disait si bien, elle aurait pu en faire un commerce dans son domaine si elle s'était spécialisée dans une autre branche d'escroquerie. Mais il était sans doute plus utile de corriger les escrocs que les playboy. Quoique, elle en croisait pas mal dans le domaine. En plusieurs années, elle n'avait jamais fait le rapprochement avec Yasuo avant qu'il ne décide d'adopter le profil. Finalement, il n'avait pas grande différence avec ceux qu'elle escroquait. Et malheureusement, selon elle, il était bien la personne qui savait le plus de choses pour elle.
    Voilà qui lui donnait raison non ?
    Se méfier des gens n'était pas un défaut, mais bien une règle de survie de base. Et si à chaque seconde, il ne faisait que confirmer ce qu'elle pensait, elle en devenait de plus en plus déçue de ne pas avoir remarqué quel genre d'homme il était plus tôt. Pour une menteuse professionnelle, c'était le comble de se laisser avoir si facilement sans douter une seule seconde qu'on tombait dans un piège.
    Les sentiments... c'était bien les sentiments qui avaient dû la rendre aussi aveugle.

    Préférant ne rien répondre aux répliques suivantes, elle avait plutôt tenté de se maîtriser un minimum. C'était son problème ce qu'il faisait de sa vie maintenant. Ce dialogue ne menait à rien. En fait, c'était plus fatiguant qu'autre chose. Qu'est-ce qu'elle voulait prouver en lui faisant la conversation ? Qu'elle était toujours une gamine qui aimait avoir le dernier mot ? Si c'était qu'elle n'en n'avait plus rien à faire, c'était la mauvaise technique. L'ignorance était en fait la bonne.
    Plus facile à dire qu'à faire quand vous aviez l'objet d'une rancoeur devant vous. Et surtout quand cet objet était Nakamura Yasuo.
    Poussant un soupir, elle avait roulé des yeux pour les poser sur le ciel dans lequel quelques éclairs venaient d'apparaître.
    Hum... heureusement que ce phénomène ne lui était pas officiellement attribué. Difficile de jouer à la femme calme quand on connaît le moyen de vos manifestations d'humeur.
    Reposant ses yeux sur le nippon dans un soupir, sans un mot. S'il partait, tant mieux. Qu'est-ce qu'il voulait qu'elle lui dise de plus à part qu'elle souhaitait qu'ils fassent comme si ils ne se connaissaient pas la prochaine fois qu'ils se croiseraient... sans doute impossible.

    Et puis, il avait semblé changer d'avis... sans doute pour rajouter une autre réplique à la con, c'est ce qu'elle avait pensé.
    Si seulement.
    Elle aurait sans doute préféré avoir une autre démonstration de sa stupidité plutôt que de son côté suicidaire.
    Brusquement, elle avait sentit ses lèvres contre les siennes et le mouvement de recul n'avait pas tardé. Si son expression trahissait définitivement la colère, elle n'avait pas tardé à la manifester plus clairement quand la claque était venue dans un bruit qui trahissait qu'elle ne s'était pas retenue. Bruit amplifié par un coup de tonnerre qui avait semblé tomber non loin de là.
    Oui, heureusement qu'ils avaient annoncé du mauvais temps pour aujourd'hui.

    Un court instant, sa bouche s'était ouverte sans qu'aucun son ne sorte. Probablement que la réplique aussi dure que la claque n'était pas venue. Ou alors, elle avait préféré la retenir car elle témoignait trop d'une colère qui pouvait trahir d'un ancien attachement.
    Quoiqu'il en soit, aucun mot n'était venu et sa main avait finit par se serrer. Non, elle ne comptait pas lui mettre un poing. Visiblement, elle n'avait pas pleine maîtrise de ces conneries, et sans savoir de quoi elle était capable... elle avait préféré tourner les talons pour partir dans la direction opposée. Retourner à son appartement pour se changer ? Mettre de la distance entre eux était plus raisonnable.
    Sans se retourner, elle avait marché rapidement dans les rues de Tokyo sans but précis. Se calmer, s'éloigner, c'était déjà un bon début.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: Never forgive, never forget - Jin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Never forgive, never forget - Jin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes ::  :: Archives :: Game-