AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Lun 25 Avr - 19:17

Les pieds posés sur son bureau, les bras croisés derrière la tête, Kotaro somnolait à moitié. Il ne fallait pas croire, c’était un flic assez paresseux sur les bords ! Déjà, il résistait à l’envie de fumer dans son bureau, c’était une belle preuve de respect d’autrui. Bah ouais, il pensait à ses collègues qui venaient parfois taper l’incruste et qui n’étaient pas fan de la fumée de cigarette. Ah, quel homme.
Toujours est-il qu’on ne pouvait pas être parfait et que quand Kotaro avait décidé de prendre sa pause, il la prenait un point c’est tout.
Dans les vapes, il songeait à un peu tout en même temps : le retour de son ex-femme et de son fils à Tôkyô, l’apparition de son don … L’avantage avec ce dernier c’était qu’il n’avait pas l’occasion de s’en servir régulièrement, il n’avait donc pas à s’inquiéter de savoir s’il serait repéré ou non. Imaginez celui qui est télépathe, et qui parle d’un truc qu’il a entendu dans les pensées d’un autre à voix haute … Cela ferait suspect, à plusieurs reprises. Mais sérieusement, vous le voyez, prendre son envol et se balader, tel Superman, au-dessus des gratte-ciels de la capitale ? Pas moi. De toute façon, il lui manquait le slip par-dessus les collants et l’indémodable cape rouge. Et il ne s’appelait pas Clark Kent, c’était trop classe pour un humble policier comme lui.

Mais malheureusement pour notre nippon, son temps de pause improvisé fut de courte durée. Il reçut soudainement un appel l’informant qu’il devait immédiatement se rendre sur le terrain, un cambrioleur ayant été repéré. Ce n’était pas loin du bureau, et Kotaro était réputé pour être plutôt efficace dans la course poursuite. Ni une ni deux, le flic se rua hors de la pièce en attrapant sèchement son blouson au passage et se précipita à l’extérieur. Il se rendit au lieu indiqué en courant puisque c’était pas loin –le type était vraiment trop con pour faire un vol à deux pas du commissariat, et eut juste le temps de l’apercevoir s’enfuir à toutes jambes. Sans perdre une seule seconde, Kotaro se lança aux trousses du malfrat, sourcils froncés. Heureusement que ses talents de coureur en athlétisme ne l’avaient pas perdu, ce qui était dû à son entraînement quotidien.

Ce rustre de cambrioleur avait tout l’air d’être un acrobate de première, puisqu’il s’engagea dans une cage d’escaliers extérieurs et se hissa sans trop de peine sur le toit de l’immeuble en question. Effaré, se croyant dans un mauvais film américain, Kotaro prit le même chemin que lui et le rejoignit bientôt sur le toit lui aussi. Il était quelque peu essoufflé mais entre nous, il se contrefichait de cela lorsqu’il fallait arrêter quelqu’un. Mais le type qui tentait d’échapper au flic ne perdait pas son temps, il avait déjà couru à l’autre bout du toit et s’apprêtait à sauter sur celui d’en face, qui avait peu de distance. Kotaro ouvrit des yeux grands comme une soucoupe.


* Il ne va quand même pas sauter ! *

Eh bien si, le type prit un peu d’élan et s’élança. Le flic aurait eu par trois fois le temps de l’attraper avant qu’il ne passe de l’autre côté, mais il avait été tellement surpris de la tentative de ce dernier qu’il était resté statique, comme un piquet. Mais il n’avait plus le temps d’hésiter. Il s’élança également, et courut de toutes ses forces avant de sauter à son tour. Après tout, ce n’était pas bien différent du saut en hauteur, et heureusement pour lui que la distance entre les deux toits était minime !
Il atterrit sans encombre de l’autre côté, mais l’autre courait déjà plus loin. Et de nouveau, le spectacle se répéta : il prit son élan et sauta sur le toit suivant. Il allait continuer ce manège encore longtemps ?! Le policier continua la poursuite, n’ayant nullement froid aux yeux, malheureusement il avait mal estimé la distance entre les deux toits qui était un peu plus grande que la précédente, et cette fois il rata sa cible de peu, et sentit ses pieds se dérober. Il était en train de tomber … dans le vide !! Vraiment, c’était digne d’un mauvais scénario de film de course poursuite américain.
Kotaro, par chance, réussit à s’agripper au bord du toit, plaçant ses doigts dans l’espace entre les tuiles et le béton. Mais il le savait, il ne tiendrait pas bien longtemps dans cette posture, ses doigts blanchissaient déjà sous le poids à supporter.

* Merde, merde, merde ! *

Bon sang, il n’allait tout de même pas mourir ici, comme un con ?! Pourtant, ses doigts faiblement accrochés à ce pauvre toit ne tiendraient pas très longtemps … Il n’était pas bien lourd mais bon, vous ne croyez quand même pas sérieusement que dix malheureux doigts, aussi musclés qu’ils soient, pouvaient retenir un corps entier suspendu dans le vide, si ? Si oui, je vous annonce que vous êtes complètement ridicule.
Bref, et s’il ne mourrait pas, il s’écraserait comme une vulgaire crêpe à même le sol et il finirait paraplégique, non merci, il préférait encore y rester. Mais ce n’était pas le moment de mourir, il avait un fils avec qui renouer le contact, un boulot, des méchants à attraper . . .
Et pourtant, ses doigts lâchèrent subitement … Il allait y rester.

Hj – désolée c’est un pitit peu court ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Lun 25 Avr - 20:18

HS ~ lol c'est tip top don't worry ;)

Charlie n’aurait pas dû. Il le savait et n’arrêtait pas de se traiter d’idiot depuis qu’il avait osé mettre le nez dehors, mais il n’en pouvait plus. Après cette charmante énième rencontre avec la Compagnie, l’écossais aurait dû rester sagement planqué au motel. Akira se chargeait de leur subsistance grâce à son don d’invisibilité, mais demander à un homme qui a passé sa vie sur le terrain de se planquer dans une chambre pendant des jours relevait de l’impossible. Pendant qu’Akira était sorti, Charlie avait flanché. Il avait besoin d’aller faire un tour question de pouvoir réfléchir sans devenir fou.

Une fois dehors à marcher pour prendre son bol d’air, le premier constat de Charlie était qu’Akira semblait être digne de confiance. L’histoire qu’il lui avait racontée ne s’inventait pas, il fallait l’avoir vécue. Elle contenait trop de détails pour avoir été apprise par cœur. Bref, de ce côté-là c’était réglé, mais il fallait aussi songer à bouger. Maintenant qu’ils étaient deux, ils étaient facilement repérable. L’écossais allait donc devoir avoir une conversation à ce sujet avec le nippon.

La solution intelligente aurait été de quitter la ville, voir même de quitter le pays et d’aller s’enterrer ailleurs, mais ce n’était pas une option en ce moment. Charlie était à Tokyo pour une bonne raison. Ce professeur de génétique avait peut-être la réponse à l’éternelle question « pourquoi? » Et notre homme n’avait pas l’intention de s’en aller avant d’avoir cette réponse. Oui, il était têtu et oui il tenait plus à cette réponse qu’à sa propre vie si vous voulez tout savoir. On n’appelait pas ça « tendances suicidaires » pour rien, il fallait être un peu fêlé sur les bords!

Bref, mains dans les poches, perdu dans le fil de ses pensées, Charlie en fut sorti du mouvement brusque pénétrant dans sa vision périphérique. Un homme courant après un autre. La curiosité était un vilain défaut et même si Charlie n’était pas si curieux que ça, cette fois-ci était différente. Celui qui poursuivait ce que l’écossais déduisit comme étant un vulgaire pickpocket avait quelque chose de singulier. Une impression de déjà vu que Charlie n’arrivait pas à se remettre en mémoire.

Ce fut cette impression qui le poussa à suivre la poursuite des yeux, avançant sur le trottoir au fil des bâtiments sautés par le brigand et son poursuivant. Poursuivant qui manqua son coup au second saut. Charlie serra les dents, jetant un coup d’œil autour de lui avant de relever les yeux vers l’homme qui s’accrochait tant bien que mal à la bordure du toit.

▬ Remonte, aller…

Mais ce n’était pas tout le monde qui adhérait aux parois et dans ces cas-là ce n’était pas aussi facile de renverser ce genre de situation. Se mordillant la lèvre Charlie hésitait. Devait-il intervenir? Ça pouvait griller son identité, mais en même temps… Un soldat reste un soldat. Sa vocation était de sauvée des vies. Il avait beau n’être que l’ombre de lui-même depuis sept longues années, il ne pouvait pas laisser un homme mourir sans rien faire.

▬ Je sens que je vais le regretter, mais bon quand faut y aller!

S’engageant dans l’espace entre les deux bâtiments, Charlie s’assura que personne n’était en train de le regarder et il se mit à grimper le mur aussi vite que possible. Il n’arriva cependant pas à temps. L’homme lâcha prise et Charlie dû le rattraper après qu’il ait chuté de quelques mètres. Retenant le bras qu’il avait pu attrapé aussi fort qu’il le pouvait, l’écossais grogna légèrement. Il se sentait glisser, bien que c’était encore imperceptible. Ils étaient trop lourd tous les deux.

▬ Belle journée pour une ballade hein?

Ouais, comme si se retrouver suspendu à un mec qui tient sur un mur sans le moindre petit rebord n’était pas déjà assez traumatisant, il fallait en plus faire de l’humour! =.=
C’était quand même mieux que de dramatiser et se voir déjà dans un cercueil! Seulement, l’heure était à la dramatisation. Charlie n’arrivait plus à supporter leur deux poids, sa capacité d’adhérence n’était pas assez puissante pour cette charge.

▬ Oh crap…

Fut tout ce qui échappa à Charlie lorsqu’il sentit son corps se détacher du mur. Alors c’était ça? Après cinq ans dans l’armée et cinq autres dans les services secrets, après sept ans à fuir une organisation secrète qui en avait après son code génétique hors du commun, c’était comme ça que tout allait se finir? En glissant d’un mur où il s’était retrouvé pour aider quelqu’un qu’il ne lui donnait qu’une vague impression de déjà vu?
Mieux que d’autres situations de mort, mais ça manquait quand même d’un petit quelque chose pour partir en beauté…

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Mar 26 Avr - 23:01


Jamais auparavant il ne s’était trouvé dans une aussi fâcheuse posture. Fâcheuse ? Nous dirons plutôt ridicule, parce qu’il fallait quand même être très con pour poursuivre un pauvre pick-pocket de bas étage sur un enchaînement de toits. On n’était pas dans un film dopé aux effets spéciaux là, le héros ne faisait des bonds de dix kilomètres que dans ce genre de long-métrages complètement irréalistes.
Con ou pas, Kotaro avait suivi son instinct de flic, et quand il avait vu l’autre casse-cou se hisser sur le toit de l’immeuble, il n’avait pas hésité bien longtemps avant de se lancer à sa poursuite, n’écoutant que son esprit combattif et mettant tout sur le compte de son goût prononcé pour l’aventure.
Mais voilà que ledit goût prononcé pour l’aventure allait le mener à sa perte, et de manière réellement stupide en plus. Dans sa précipitation, il n’avait pas remarqué que cette fois-ci la distance entre les deux toits était plus grande que la première fois et il avait raté sa cible à quelques centimètres près. Il s’était alors senti basculer dans le vide, et son sang n’avait fait qu’un tour. Il s’était rattrapé de justesse au rebord du toit pour éviter de s’écraser comme une vulgaire crêpe sur le bitume.

Mais il savait qu’il ne tiendrait pas bien longtemps dans cette sale posture. Combien de temps ses doigts tiendraient avant de lâcher prise ? Personne ne le savait, au fond.
Le cœur du policier battait à tout rompre. Pour la première fois depuis longtemps, il avait peur. Peur de mourir. Que perdrait-il en décédant aussi ridiculement ? Il perdrait son boulot, son fils, son ex-femme qu’il n’avait pas oublié aussi bien qu’elle, ses amis … Quel degré de perte serait-il aux yeux des autres ? Son fils le pleurerait-il longtemps, alors qu’ils étaient presque comme deux inconnus l’un pour l’autre ? Au boulot, lui mettrait-on un grade posthume spécial pour être mort en poursuivant un malfrat, ou se moquerait-on longtemps du pauvre flic qui s’était trop cru dans un film hollywoodien et s’était suicidé en voulant attraper un pauvre pick-pocket ? Si encore c’était un meurtrier, la cause serait plus noble, mais un pick-pocket !!

Et puis ses doigts lâchèrent prise. Il se sentit dégringoler, essaya de se raccrocher au mur mais il n’y avait aucune prise à portée de main, et jusque-là il n’avait jamais révélé de capacités similaires à celles de Spiderman. Il était donc vraiment foutu et allait mourir ici, dans une ruelle sombre et délabrée, à cause d’un crétin de jeune qui avait voulu faire le malin en faisant des acrobaties sur les toits.
Et puis soudain, il ne se sentit plus tomber. Kotaro avait fermé les yeux dans le seul et unique but de ne pas regarder la mort en face. Il aurait trop honte de se pointer devant elle en disant « tu dois être fière, tu vas accueillir un gros boulet dans ton antre ». Et puis, les gens avaient tendance à croire qu’on souffrait moins en fermant les yeux. C’était bien pour ça qu’on les fermait instinctivement quand quelqu’un nous mettait une droite, ou nous collait un pain dans la figure. Non, ce n’était pas forcément chose courante chez l’individu lambda, mais lui il connaissait ça.
Il ne tombait plus, bon sang ! Il ouvrit donc les yeux, complètement ahuri, pour tomber nez à nez sur un homme qui le tenait du mieux qu’il pouvait et qui ……. Etait accroché au mur ?! Mais où diable avait-il trouvé une prise ?

▬ Belle journée pour une ballade hein?

L’occidental le regardait avec un air mi-blagueur, mi-inquiet. S’il essayait de dédramatiser la situation, il avait raté son coup, parce que maintenant Kotaro était encore plus paniqué : ils allaient mourir à deux. Et puis, quelque chose de plus important que sa vie si c’était possible le préoccupait : comment ce type pouvait-il tenir au mur sans s’accrocher nulle part ?

▬ Oh crap…

D’ailleurs, il lâcha prise. Pour le coup, ils allaient vraiment y passer tous les deux, et à priori, ni l’un ni l’autre ne tenait à finir ainsi. Ah, si seulement il pouvait voler ….
Hein, voler ? Mais quel crétin fini, il pouvait réellement voler ! Il avait découvert ce don il y a peu et ça l’avait tellement effrayé qu’il n’avait pas réitéré d’essai depuis. Mais là pour le coup, c’était le moment ou jamais de vérifier qu’il possédait bel et bien cette faculté. De toute façon il n’avait rien de mieux à faire et rien à perdre non plus. C’était soit il avait vraiment le pouvoir de voler, ce qui paraissait risible, soit ils s’écrasaient au sol. Mais si après tout l’autre se l’était joué Spiderman, pourquoi pas ? L’espoir fait vivre, peut-être que ça les sauvera.
Par réflexe, Kotaro ferma à nouveau les yeux, se concentra et inspira un grand coup. Après d’énormes efforts, il constata que lui et l’autre ne tombaient plus et qu’au contraire, ils s’élevaient à nouveau vers les toits dont ils s’étaient éloignés dans leur chute.

« Bon sang, c’est quoi ce délire ?! »

Malgré tout il ne put qu’admettre qu’il était vraiment capable de voler, et il concentra tous ses efforts sur cet acte qui se révélait assez difficile vu qu’il soutenait son propre poids et celui de l’occidental. Mais au final il parvint à les déposer sur le toit plat et ils retombèrent dessus, assis, essoufflés, soulagés.
Kotaro n’en revenait pas. Il y a quelques minutes il était pendu au rebord de l’immeuble, commençant lentement à accepter son triste sort. Puis tout s’était déroulé très vite : l’homme spiderman était arrivé, l’avait rattrapé, mais le poids l’avait fait flancher, il s’était souvenu qu’il pouvait peut-être voler et les avait sauvés en les ramenant sur le toit. En gros, j’vous dis pas la tête des passants s’ils ont vu le spectacle !

« Merci. »

C’était tout ce qu’il avait trouvé à dire à son camarade qui se remettait lui aussi de ses émotions. Sans son intervention, Kotaro n’aurait peut-être pas pensé à ce don de voler, et serait mort comme un boulet qu’il était.
Il était bien trop épuisé et affecté pour poser toutes les questions qui se bousculaient dans sa tête, et, en attendant de reprendre pleinement possession de ses esprits, il s’allongea sans ménagement sur le béton du toit, bras croisés sous sa tête pour éviter le contact désagréable avec le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Mar 26 Avr - 23:34

Certaines choses sont bien étranges dans la vie. Notamment, l’alliance de la tire-éponge et du chocolat qui est somme toute délicieuse, mais un peu étrange quand on y pense. Il y a aussi ce fantasme du viol de collégienne chez les nippons de quarante ans et plus… Non Charlie ne comprendra jamais ce truc là x_x Sans oublier cette sensation où il nous manque un membre quand on se réveille après avoir dormi sur son bras ou sur sa jambe. Mais soyons franc, toutes ces choses étranges n’avaient rien à voir avec ce qui nous préoccupait en ce moment!

Charlie avait joué au bon samaritain et voilà qu’il allait crever. Non pas que ce soit étrange – dans ce cas-ci c’est d’être suicidaire depuis sept ans et d’être encore en vie qui est étrange – mais c’était plutôt ce qui se produisit après. Pas après la mort, évidemment, Charlie n’avait pas le pouvoir d’en revenir. Du moins espérons que non, sinon toutes ces années à parler de suicide mémorable auraient été une perte de temps considérable! Non, l’événement étrange se produisit lorsque l’écossais glissa de son perchoir – nous savons qu’il n’y avait aucun perchoir, mais vous comprenez le principe!

Il s’attendait à une chute de peut-être deux secondes et ensuite un gros rien, s’il avait de la chance. Dans le cas contraire il se disloquerait les os et souffrirait le martyre avant de mourir de ses blessures. Peu enviable. Il préférait la première option. Il était peut-être suicidaire, mais pas masochiste! Cependant il y eu chute, mais sans la suite. Comment était-ce possible? Eh bien, pour ça, il aurait fallu que Charlie ouvre les yeux. Chose qu’il fit très lentement, ouvrant un œil pour voir le sol s’éloigner de plus en plus.

▬ Meuh?

Non, ceci n’est pas une vache écossaise quoi qu’en dise un certain Kiki de notre connaissance! L’ex soldat ouvrit ensuite l’autre pour constater qu’il était dans la très peu virile position de la princesse portée par son chevalier. Attendez… depuis quand le mec qu’il était en train de sauvé était devenu le mec qui était en train de le sauver? … Compliquer tout ça x_x

Et quand le nippon demanda ce que signifiait tout ça, Charlie fut bien tenté de dire « si tu ne sais pas ce qui se passe alors on est mal barré parce que je crois que c’est toi qui es au volant! », mais il s’abstint de tout commentaire. Étant donné qu’il était justement au volant, il était préférable de ne pas déranger l’opération « emmerdons la gravité ».

▬ Yahoooooooo!

Tu sais Charlie, gueuler un bon coup comme ça après avoir retrouvé le plancher des vaches – oui nous osons après le coup de la vache écossaise muaha – ce n’est pas très subtile…
On s’en fou d’être subtile, on est en vie!!!

▬ Nha merci à toi mec!

Levant les bras au ciel, respirant à plein poumon, l’écossais s’approcha ensuite du bord du bâtiment pour regarder en bas. Oui, quinze secondes après ça, il n’avait pas le vertige. Pas pour rien qu’il a déjà fait parti des forces spéciales!

▬ Crever comme ça, c’était si con. J’ai toujours voulu mourir dévoré par un lion ou un truc comme ça. Tu sais pendant un combat à mains nues, ça c’est trop la classe!

… Toi, il te manque franchement une case!

▬ Ou un requin… j’ai toujours été fan des Dents de la mer!

… On va dire deux cases =.=
Délaissant le rebord pour rejoindre le Peter Pan « moi j’ai pas de poudre de fée c’est pour les fillettes », Charlie le dévisagea quelques secondes en silence. Cette tête lui disait atrocement quelque chose et être incapable de savoir d’où cette impression lui venait le titillait pas mal. Mais malgré ça, l’écossais se décida à engager la conversation.

▬ T’as pas fait ça souvent hein?

Il reconnaissait cette expression entre milles pour l’avoir vécu. On se demande si on n’est pas en train de devenir complètement dingue, si on rêve ou si tout ça est vraiment vrai. Ce pourquoi Charlie avait glissé un sourire compréhensif avec sa remarque.

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Jeu 28 Avr - 11:47

Franchement, entre vous et moi, Kotaro ne pensait pas du tout qu’il s’en sortirait. Et encore moins de cette façon là ! Son opération de sauvetage de sa personne et de celui qui avait tenter de le sauver la première fois était digne d’une série TV américaine à la sauce effets spéciaux ! Non, entre nous, vous trouvez ça commun un type qui se met à volet quand il frôle la mort ? pas moi.
En attendant, la mort, il l’avait vu de très près, et il imaginait que l’occidental d’à côté avait ressenti à peu près la même chose. Et puis, quelle mort stupide ! même si la façon dont il s’en était tirée était encore incomprise par le flic dans sa tête, il était bien content d’avoir pu éviter un décès aussi ridicule. Parce qu’au bureau, ça aurait jasé pendant quelques semaines. Vous imaginez la une des journaux : « Horikita Kotaro ou le policier qui se tua pour avoir dansé sur les toits de Tôkyô à la poursuite d’un malheureux pick-pocket ». Il avait envie de rire rien qu’en y pensant. Il se serait pris une bonne barre s’il avait lu ça un jour dans le journal, concernant quelqu’un d’autre, et il était donc ravi de ne pas finir de cette façon dans les médias.

Ce fut le cri de joie de l’autre type qui le sortit de ses pensées. Ce « yahooo » sonore eut pour effet de le faire sursauter violemment. Il avait presque oublié la présence du brun avec tout ce qui s’était passé et tout ce qui défilait dans son esprit en ce moment même. Quelle pagaille ! Mais d’un côté il paraissait normal que l’autre exprime sa joie d’être toujours en un seul morceau et pas complètement disloqué quinze étages plus bas.
Il le remercia avec enthousiasme avant de se lever pour aller observer le vide au dessous de leurs pieds. Ah bah ouais, quinze étages, kotaro se demandait dans quel état ils auraient fini une fois en bas s’ils avaient fait le grand saut et qu’il ne s’était pas pris pour Superman au dernier moment.
En parlant de Superman, il se souvint que le type qui était actuellement en train de scruter le vide, perché sur le bord de l’immeuble où ils étaient posés, l’avait rattrapé quelques minutes plus tôt en se tenant au mur. Sauf que le mur n’avait aucune prise, sinon il se serait accroché tout seul, il n’avait pas besoin d’une baby sitter ! Heu ouais, c’est quoi le rapport ? Bref.

Le brun lui exposa son souhait de mort, en tout cas, il était original. Se faire bouffer par un lion, très … original tiens. Il aurait dû naître quelques siècles plus tôt et s’engager chez les gladiateurs, il aurait peut-être eu sa chance après tout. Mourir dignement, complètement dévoré par le roi des rois, le carnivore par excellence …

« J’avoue que c’est une mort …. Royale. » plaisanta-t-il.

Mais apparemment, il n’en avait pas fini avec ses situations de décès rocambolesque, puisqu’il poursuivit avec une histoire de requins, car il adorait le film Les Dents de la Mer. Cette boutade eut pour effet de faire rire Kotaro. Cela faisait un bien fou d’éclater de rire après avoir échappé de justesse à la mort ! Vous savez, ce rire nerveux qui vous prend aux tripes et ne vous lâche pas même si ce qui est dit n’est plus drôle du tout ? Ce rire nerveux qui vous prend parfois lorsque quelqu’un se fait engueuler à côté de vous et que vous êtes incapable de rester de marbre parce que la situation en elle-même est risible. Ce rire qui … bref.

« T’as pas fait ça souvent hein? »

A ça y est, il était décidé d’être sérieux maintenant. S’il faisait allusion à ce qui s’était passé tout à l’heure, c’est sûr que cela ne lui arrivait pas tous les jours. Imaginez son CV : « Horikita Kotaro, 35 ans, policier de brigade, faculté de voler dans le ciel … » Ha ouais, ça faisait tout de suite plus classe que sans cette mention spéciale. Bref, ça lui était arrivé une fois, lorsqu’il s’était découvert ce don, mais il avait cru avoir rêvé ce jour là, ne croyant pas plus que ça aux choses surnaturelles. Il ne s’en était plus trop préoccupé, même si cette histoire trottait souvent dans un coin de sa tête. Mais là pour le coup, c’était au centre de ses pensées ! Il venait d’échapper à la mort en s’envolant dans les cieux ! C’était assez difficile à admettre et pourtant il le fallait. Il fallait se rendre à l’évidence et il y avait un témoin. Il n’était pas fou, n’est-ce pas ?

« Effectivement. Et toi, c’est ton trip de marcher sur les murs ? »

Bah oui, vous ne croyez quand même pas que la technique de Spiderman était passée à la trappe, Kotaro avait l’esprit vif et le regard aiguisé depuis qu’il était dans la police et il pouvait certifier qu’il se tenait sans aucun appui ni aucune prise sur le mur. C’était tout aussi surprenant que sa capacité à s’envoler, et cela donnait à réfléchir. Ils étaient encore nombreux à pouvoir réaliser des trucs aussi bizarres ?

Hj – un peu court x.x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Jeu 28 Avr - 12:49

Ah bha Peter Pan allait bien, c’était toujours ça de pris! Du moins nous pouvions présumer qu’il allait bien à son rire. Un rire nerveux, certes, mais un rire quand même. C’était déjà plus encourageant que de fondre en larme, se plonger dans le mutisme où même décider d’aller faire un tour à l’asile le plus proche. (Oui, ça arrivait à Charlie d’être optimiste dans la vie!)

▬ Une mort digne de moi!

… Tu sais… mettre les poings sur les hanches et la cape dans le vent… ça peu le faire si t’as la cape et que t’es un superhéro! Autrement, c’est carrément nul è.é

▬ C’est quand même mieux que de se faire frapper dans la rue par un chauffard ou de se jeter en bas d’un pont.

On voit que t’as eu beaucoup de temps pour réfléchir à la question x_x
Pas pour rien que vous vous évertuez à dire « suicidaire » tout le temps è.é
You got a point x_x

Mais bon, quittons un peu le monde de la blague pour un peu de sérieux. Ce type pouvait voler. Ça signifiait trois choses. Soit il était dans la même situation qu’Akira et lui. Soit c’était un événement tout frais et sa vie ainsi que celle des gens proches de lui étaient en danger. Soit c’était un sombre plan de Primatech pour lui mettre la main au collet. Franchement, Charlie espérait que ça ne soit pas la troisième option. Et d’ailleurs, en voyant comment Peter Pan avait réagi lorsque l’événement en question s’était produit… Charlie optait même pour la deuxième sans avoir l’impression de trop se tromper. Ce pourquoi il avait fait cette petite mention. À la fois une façon de vérifier ses dires et de s’assurer que Primatech n’était pas derrière tout ça. L’écossais ne savait pas si la Compagnie savait qu’il était dans les parages étant donné comment s’était terminée sa rencontre avec Akira et les deux agents maintenant décédés.

▬ C’était quand la première fois?

Évaluer depuis combien de temps et combien de fois il avait fait ça… Avec de la chance, ça ne ferait pas beaucoup et la Compagnie ne l’aurait pas encore mit sur la liste des chaires à laboratoire! Avec de la chance oui… Parce que Charlie avait appris à ne pas sous-estimer Primatech.

▬ Quoi moi?

… Joue pas au plus malin Charlie =.= Il n’est pas si con le type, il t’a bien vu tenir au mur sans la moindre petite façon de t’accrocher naturellement.
Si on peut plus nier en beauté <3 Y’en a qui essaie de se la faire discret ici au cas où vous n’auriez pas remarqué è.é
Si tu voulais faire discret, il fallait le laisser s’écraser comme une crêpe et foutre le camp!
… Un peu égoïste, mais ô combien fracassant x_x
Tu nous remercieras un jour d’être la voix de la raison.

▬ Oh moi, ça fait un bout de temps que ça dur. C’est marrant d’ailleurs je revenais justement d’i…

Et voilà, il venait d’avoir THE flash. La dernière fois qu’il était venu à Tokyo, aka la première fois qu’il y était venu. Dans le cadre d’une demande de rançon pour des diplomates anglais. Il avait été chargé d’aller négocier avec les kidnappeurs et il avait eu besoin d’un jap pour ça! Il avait eu besoin de…

▬ Koko!

Ou Horikita Kotaro pour ceux qui ne s’entêtent pas à ne pas vouloir prononcer du japonais qui contient trop de R et de K =.= Faut dire qu’à l’époque ça l’éclatait d’affubler tous les bridés qu’il rencontrait de surnoms ridicules. C’était plus facile à retenir pour lui et en plus, avec du bol, ça en enrageait quelques uns *0*
T’es vraiment un chieur quand tu t’y mets =.=

▬ Oh punaise, c’est trop cool ça! C’est moi, Charlie!

Peut-être n’étais-tu pas suffisamment marquant pour lui!
Impossible, personne n’oubli Duncan è.é
Sait-on jamais mon grand, sait-on jamais…

▬ Ah mais tu te rends compte! Les chances que Superman et Spiderman avaient de se rencontrer avant de devenir super! Alors ça c’est trop fort.

Et trop con formuler comme ça, mais nous on dit ça, on dit rien x_x

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Jeu 28 Avr - 13:31

Il avait l’air sûr de lui le bonhomme, à associer une mort royale à sa personne ! Ca lui plaisait. Quelqu’un de téméraire, cela faisait un bout de temps qu’il n’en avait pas vu et ça le rassurait qu’il existait encore des gens avec un humour vaseux. A moins que ça soit l’humour … D’ailleurs, ce type était de quelle nationalité ? Il était sans doute anglais, ou américain, allez savoir … Il avait un accent qui sonnait par là-bas, même si Kotaro ne s’y connaissait pas des masses en langues étrangères. Il connaissait déjà son japonais sur le bout des doigts et c’était déjà pas mal.
En tout cas, il avait raison quant aux exemples de morts cons qu’il avait cité juste après.

« Sinon t’as aussi . . . Tomber du toit d’un immeuble en poursuivant un pick-pocket. La classe ultime. »

Se tourner en dérision, il savait faire, ah ça oui ! Enfin, si nous reprenions un instant notre sérieux, je dis bien un instant, l’occidental en face de lui lui avait fait remarquer qu’il ne devait pas souvent réaliser ce genre d’exploits. Quel exploit ? Voler bien évidemment, ben ouais, vous pensiez à quoi, faire de bonnes blagues ? Ah c’est sûr qu’il n’en faisait pas souvent non plus, il avait cette fâcheuse tendance à faire de gros bides lorsqu’il essayait d’être drôle, surtout auprès de son fils ou de ses collègues. Mais on ne se refaisait pas, et on ne pouvait pas être sportif et bon blagueur faut croire. Bref là n’était pas la question du jour, il avait confirmé que ce n’était pas une habitude chez lui d’aller de toit en toit en contrant joyeusement les lois de la gravité, et il lui avait même retourné sa question concernant ses facultés de se la jouer à la Spiderman.
Il semblait curieux, puisqu’il lui demanda à quand remontait la première fois où il avait pris son envol.

« eh bien … C’était il y a une semaine ou deux je crois. A vrai dire, je n’y ai pas cru, alors je n’y ai plus repensé jusqu’à maintenant. »[/b][/color]

Oui oui, ça à la limite l’autre en face s’en foutait comme de sa première chemise mais Kotaro avait tendance à réfléchir à voix haute. Que voulez-vous, il avait l’impression qu’exposer les faits à voix haute lui permettait d’y voir plus clair que de rester embrumé dans ses profondes pensées. Toujours est-il qu’il ne savait pas comment il faisait ça, pourquoi, grâce à qui.
Sinon, l’autre feignait l’incompréhension, du style « ah mais non tu ne m’as pas vu grimper aux murs sans m’accrocher à rien. » Il allait répliquer quand il finit par répondre. Il était en train de lui dire que cela durait depuis un moment, et puis il se stoppa net dans sa phrase, comme repensant brusquement à quelque chose d’important.

Koko ? Qui c’est qu’il appelait Koko ici ? Dans le doute, Kotaro se retourna, croyant que s’il avait arrêté de parler c’était parce qu’il avait vu quelqu’un derrière lui qu’il connaissait, mais il n’y avait personne. Franchement il était con sur les bords, c’était un peu improbable qu’un type surgisse de nulle part sur ce toit d’immeuble. Et puis il cogita trente secondes avant de comprendre que ce surnom lui était adressé. Koko … Ko … Kotaro ! Ah ouais quand même, il lui avait fallu une minute pour faire le rapprochement (quand il a fallu deux jours à la rpgiste XD) !! Chapeau l’ami !
Et puis l’occidental se présenta comme étant Charlie. Ha ben oui, ça l’avançait beaucoup comme détail ! Et pourtant … Ce nom ne sonnait pas comme inconnu dans les oreilles du flic. Franchement pour le coup il séchait, et pourtant il avait envie de se creuser la tête. Mais rien ne venait, sans doute que les événements précédents lui avaient fait l’effet d’un lavage de cerveau.

« Rafraîchis moi la mémoire trente secondes, ça va revenir … »

Et puis le dénommé Charlie –bon sang mais où l’avait-il rencontré déjà ?! fit allusion à Spiderman et Superman. Drôle de comparaison, mais pourtant si vraie. L’un volait et il ne lui manquait plus que la cape et le slip moulant par-dessus les collants bleu turquoise pour avoir la panoplie complète –à la différence que lui n’était pas allergique à la kryptonite, et l’autre adhérait aux murs, mais pourtant il n’avait vu aucune toile d’araignée sortir du bout de ses doigts. Il devait s’y prendre autrement, et Kotaro devenait soudainement très curieux.

« Tu dis que toi ça dure depuis un bout de temps, tu sais quelque chose à propos de ce qui nous est arrivé ? »

Hj – owi mon post est juste merdique à souhait, c’est génial. Je me rattrape au prochain o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Jeu 28 Avr - 21:15

Ahah, fail! Ton Koko ne se souvenait pas de toi, muhaha.

▬ Mon cœur saigne, comment peux-tu é.è

Ouais bha peut-être qu’il avait eu autre chose à faire dans les dix dernières années au lieu de se souvenir de toi en se disant « oh oui un jour on va se revoir après avoir joué à Spiderman et Superman! »
Mais quel rabat-joie, c’est pas possible =.= Et en attendant, on a toujours un cœur qui saigne nous!

▬ Tu sais les otages anglais?

Alors toi, tu devrais devenir dramaturge. Autant de talent, ça serait dommage que ça se perde!
Vraiment?
Non, ne sais-tu pas relever le sarcasme? =.=
é.è

▬ Non, écossais je suis, rien à foutre de la pause thé de trois heures.

Ah ouais, on replace tout de suite mieux comme ça =.=
Moooo, mais qu’est-ce qu’on peut dire sur une opération où on a signé le contrat de non-divulgation? é.è
Tu sais, on ne pense pas que ce soit d’enfreindre le contrat que d’en parler à un type qui y était…
Pas faux!

▬ Mooo tu te rappelles quoi, j’avais mal calculé la nouvelle rançon pendant la négociation. Ils voulaient nous couper les burnes.

Alors ça, s’il ne s’en souvenait pas Charlie ne pouvait plus rien pour lui!
C’est sûr que pour un type qui avait comme couverture d’être conseillé financé, se tromper dans le nombre de zéro… c’est pas fort =.=
Hey, vous pourriez prendre le facteur stress/danger quand même è.é
Parce que tu étais stressé peut-être?
… Non, mais à l’idée de perdre nos bijoux de famille on a quand même eu un petit peu peur, on l’avoue =/

Enfin bref, Charlie avait plus ou moins tout essayé dans les moments marquants de leur opération conjointe. Maintenant, si Kotaro n’arrivait pas à s’en souvenir, soit l’écossais devenait sénile et il s’était trompé de Koko, soit il allait passer pour un fou, ou même les deux! Peu importe, laissons un peu cette description pour le moins très sommaire de leur première rencontre et concentrons-nous davantage sur le sujet vraiment important. Cette génétique hors du commun qu’ils semblaient partager.

▬ Nha je sais pas grand-chose. J’ai peut-être une piste, mais je veux être certain de mon affaire.

Et puis, mine de rien, ils ne se connaissaient pour ainsi dire, ne s’étant croisés que professionnellement quelque chose comme dix ans plus tôt. Charlie n’était pas du genre à parler outre mesure de ce sujet pour le moins délicat.

▬ Mais faut qu’on cause toi et moi, on va aller prendre un café, amènes-toi.

Ouais et on passe par l’intérieur du bâtiment cette fois-ci et on prend l’ascenseur comme tout le monde è.é
Mais oui, vous nous prenez pour qui franchement!

Hors donc, une fois le building quitté et tous deux assis à une petite table d’un Starbuck, un café bien noir sous le nez, Charlie dévisagea son comparse quelques secondes avant de se mettre à réellement parlé boutique.

▬ Écoute, comme c’est tout nouveau pour toi, je pense pas que tu sois en danger, mais tu vas devoir faire gaffe à des fesses mon grand. N’utilise « ça » qu’en cas d’extrême urgence et assure-toi que personne ne t’ait vu. Autrement tu pourrais le regretter… et tu seras peut-être pas le seul à le regretter…

Une dure leçon qui lui avait coûtée cher et Charlie ne souhaitait pas qu’un autre se retrouve dans sa situation pour ainsi dire très peu enviable. Jetant son dévolu sur son café pour se donner contenance, l’écossais joua quelques secondes avec son gobelet avant de le porter à sa bouche pour en prendre une gorgée.

▬ Y’a des gens qui tueraient père et mère pour mettre la main sur nous, tu piges?

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Sam 30 Avr - 10:22

Non, vraiment, il avait une vieille panne de mémoire pour le coup, ce qui sembla peiner le type en face de lui qui avait tout l’air d’être choqué que l’on ne se rappelle point de lui. Eh coco, Kotaro n’avait pas non plus une mémoire infaillible, avec son boulot, il avait tellement de choses à se souvenir en détails que certains autres passaient à la trappe. Il devrait penser à faire une mise à jour du disque dur interne de temps à autre.
Otages anglais disait-il ? Tout de suite, c’était un peu plus fluide dans sa caboche. Bah ouais, c’était une opération qui s’était passé il y a une dizaine d’années. Enfin bon, il précisa que pour sa part il était écossais et n’avait donc rien à voir avec ces fameux otages anglais. Mais où voulait-il en venir, en fin de compte ? En tout cas il ne semblait pas porter les anglais et leurs traditions dans son cœur, ce qui eut pour effet de faire sourire le flic.

Et puis il mentionna cette histoire de rançon. Ah oui ! Ce type qui avait failli tout foutre en l’air alors qu’il était censé être le conseiller financier ! Il lui avait servi d’interprète à l’époque entre les nippons et lui. Bon il n’était pas très doué en anglais mais cela avait suffi pour l’opération à mener.
Maintenant, il se rappelait de lui. Charles Duncan. Le nom venait de remonter à vitesse grand V dans sa mémoire emplie de choses plus ou moins utiles. Comme quoi, lui sortir plein d’allusions à une époque passée avait ravivé les souvenirs enfouis, il avait eu raison !

« Ah ça y est j’te remets vieux. T’as survécu depuis tout ce temps, tes burnes vont bien justement ? »

Bah ouais autant poser la question, ils avaient failli y passer après tout.
Soupirant, Kotaro fouilla dans la poche de sa veste qui avait pris quelques égratignures avec la chute qu’il avait faite, et sortit son paquet de cigarettes. Il dénicha également son briquet au fond de la poche et en grilla une. Portant la cigarette à sa bouche, il tendit le paquet à Charlie et dit :

« T’en veux une ? »

Et puis concernant cette histoire de superman et spiderman, Kotaro avait voulu en savoir plus. L’autre avait apparemment une piste mais voulait être certain qu’il ne fonçait pas dans un mur avant de dire quoi que ce soit. Normal, pour un ex soldat.
Enfin bon, il voulait discuter avec lui et lui proposait un café. Le flic acquiesça, et se leva. Il épousseta son jean plein de poussière, faut dire que le toit n’avait pas l’habitude d’être nettoyé, quelle négligence ! Ouais bon Koko, y avait pas grand monde qui squattait le toit des immeubles hein, surtout après avoir frôlé la mort !

Il suivit donc Charlie après avoir éteint sa clope, vu qu’ils allaient être de bons citoyens et passer par le bâtiment. Oh, ils auraient pu s’envoler dans les cieux, puis se coller à un immeuble et se laisser glisser grâce aux compétences de Charlie, mais bon comme entrée en matière il y avait franchement mieux et Kotaro n’était pas encore psychologiquement prêt à être regardé comme une bête de foire. Déjà qu’on le prenait pour un Yakuza alors qu’il était flic, et que les voyous qu’il arrêtait le prenaient tout d’abord pour un complice …

Ils étaient désormais dans un Starbuck de la ville, devant un bon café où t’en avais pour ton argent. Charlie n’était sans doute pas de ceux qui tournaient mille ans autour du pot, car il balança ce qu’il avait à dire quasiment immédiatement après que leur commande soit arrivée.
Il le mettait en garde. Apparemment, il ne valait mieux pas qu’il utilise ce don n’importe quand, il fallait qu’il soit méfiant et qu’il vérifie que personne ne le voyait. Vous me direz, Kotaro n’aurait pas attendu les conseils de l’ex soldat pour appliquer ce genre de méthodes préventives. Il se doutait bien que des trucs paranormaux comme ça, il ne valait mieux pas les ébruiter.
Et il termina sur le fait que certaines personnes cherchaient à mettre la main sur eux.

« Ouais … Si je suis pas trop con, j’ai compris que ya des types aux trousses de gens anormaux comme toi et moi, donc faut se tenir à carreaux pour continuer notre train train de vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Sam 30 Avr - 12:55

▬ Ouep aux dernières nouvelles, elles fonctionnent encore très bien. Merci de t’en soucier!

Et c’est presque surprenant qu’elles ne se soient pas rétractées de terreur au nombre de fois où elles furent prises pour cible…
Ne vous en faites pas, elles sont en sécurité, on les protège bien è.é
Vu la vie mouvementée que tu mènes, encore heureux…
Conscience de peu de foi!

Bref, pendant que Charlie se disait qu’il serait bon de bouger de ce toit pour aller causer en de meilleures conditions, Peter Pan lui offrit une cigarette que l’écossais refusa d’un vague signe de la main.

▬ Nha, j’ai arrêté après la prise d’otage.

Évidemment, l’histoire ne dit pas que Charlie avait fait ça parce que sa tortionnaire de femme l’avait obligé. Fumer en dehors de la maison avec un bébé à naître n’était pas suffisant pour Madame Duncan. Oui, une femme de caractère, il n’en fallait pas moins pour Monsieur Duncan! Et puis il faut dire qu’une Hannah pleine d’hormones, ça terrifie même un agent des services secrets o.o
Et puis, sans trop savoir pourquoi, sans doute par ce qu’ils étaient plus importants que la nicotine, Charlie ne s’y était pas remis à leur mort.

Enfin, quittant le toit, les deux hommes descendirent le bâtiment par la voie normale des choses pour ensuite aller dans un Starbuck. Charlie aurait ainsi le loisir de consommer la seule drogue autorisée par sa défunte femme, la caféine! Et pendant que son gobelet émettait son fumet odorant au dessus de son nez, le grand brun s’employa à mettre Kotaro en garde.

Au moins, c’était un rapide. Il savait déjà que jouer les Peter Pan n’était pas forcément une bonne idée, voir même à éviter le plus possible. Bien. Et Charlie se disait aussi qu’il était policier, c’était une bonne chose. Comme ça, il avait une chance si les ennuis lui tombaient dessus. L’écossais s’était toujours demandé qu’est-ce qui se serait passé s’il n’avait pas fait l’armée. Pas de forces spéciales, pas de services secrets. Comment aurait-il fait pour s’adapter à la situation quand Primatech lui était tombé dessus? Comment aurait-il fait pour fuir? Sans doute qu’à l’heure qu’il est, il serait dans une cage à rat de laboratoire ou mort. Et peut-être qu’Hannah et leur fils seraient encore en vie… Un dilemme qui peut vous torturer les méninges longtemps, croyez-en l’expérience du James Bond ici présent.

Prenant une nouvelle gorgée de café pour éloigner ces sombres pensées, Charlie hocha de la tête par l’affirmative au résumé que venait de lui fournir le policier.

▬ Je veux aussi dire que ces gens là doivent ignorer que tu existes. Autrement, ils ont les moyens de trouver où tu habites… toi et toutes les personnes qui ont bien pu te croiser depuis que t’es sorti des couches.

Et ce n’était pas peu dire. Après la mort d’Hannah et de Kyle, Charlie s’était empressé de mettre la sœur de sa femme et ses gosses en sécurité. Il avait tout mis sur le dos du MI-5 et une opération qui avait mal tournée et Mary avait été des plus coopérative bien que changer de nom, de maison, de ville… Ça n’avait pas été facile pour elle.

▬ Quand je dis qu’ils tueraient père et mère, c’était pas pour l’expression, tu me suis?

Difficile de faire autrement. Charlie s’emportait facilement lorsqu’il était question de ça. Rester loin des emmerdes, ce n’était pas tant pour lui que Kotaro devait le faire que pour les gens à qui il tenait le plus.

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Dim 1 Mai - 9:49

Bon bah si ses bijoux de familles se portaient bien, c’était là l’essentiel non ? Ben oui, un homme avait pas mal de centres d’intérêts, comme le match à la télé ou la bière dans la main, mais sa principale préoccupation restait ce qu’il avait entre les jambes et qui était là l’essentiel de sa misérable vie. Sans cela, l’homme se considérait comme inutile et bon à mettre fin à ses jours. Bref, là n’était pas le sujet principal.
Kotaro avait sorti son paquet de cigarettes, et après avoir allumé la sienne, en avait proposé une à Charlie, se souvenant qu’ils fumaient parfois ensembles à l’époque. Mais ce dernier la refusa, annonçant fièrement qu’il avait arrêté depuis la prise d’otages. Koko haussa les épaules et entreprit de fumer sa propre clope tranquillement.

Mais Charlie avait l’air pressé, et surtout pas très emballé par l’idée de rester sur le toit toute l’après-midi, il avait donc proposé d’aller prendre un café car il avait des choses à lui dire. Le flic avait acquiescé et l’avait suivi jusqu’à la porte de service après avoir éteint sa cigarette. Lui non plus ne comptait pas passer toute la sainte journée là-haut. Ils descendirent donc les étages de l’immeuble plus ou moins dévisagés par les employés qui ne connaissaient pas du tout leurs visages, et sortirent pour gagner le café le plus proche. L’écossais opta pour un Starbuck, il semblait connaître le coin.

Arrivés sur place, ils s’installèrent à une petite table en fond de salle et commandèrent leurs cafés. Une fois que les commandes furent arrivées, Charlie entreprit de mettre en garde son interlocuteur à propos de ce qui s’était passé. Bon, Kotaro se doutait bien qu’il était inutile de s’amuser à faire superman au-dessus des rues de Tôkyô pour remplacer son footing quotidien, car il passerait pour une bête de foire dangereuse, mais apparemment le problème était plus profond que cela.

« Je veux aussi dire que ces gens là doivent ignorer que tu existes. Autrement, ils ont les moyens de trouver où tu habites… toi et toutes les personnes qui ont bien pu te croiser depuis que t’es sorti des couches. »

Un frisson de panique envahit alors le corps de Kotaro. Il pensa automatiquement à son fils Jun et à son ex-femme Sayuri. Pour le reste, il s’en foutait un peu : en prison son père ne ferait pas de vieux et s’ils allaient jusqu’à le tuer dans sa cellule, c’était qu’ils étaient vraiment barrés, quant à sa mère elle avait cessé de s’occuper de lui du jour au lendemain et ça faisait des années qu’elle avait cessé de s’occuper de lui et qu’elle faisait comme si elle n’existait pas. De plus elle avait divorcé au final suite à l’emprisonnement de son mari donc ils n’avaient plus le même nom, et comme il ne lui rendait jamais visite, avec un peu de chance ils ne feraient pas le lien avec elle. Parce que, pour préserver sa petite vie d’ivrogne, Madame n’hésiterait pas à vendre son fils.
Qu’importe, il fallait absolument qu’il mette son ex-femme et son fils en sécurité, mais comment ? Il était peut-être flic mais il n’avait pas les pouvoirs nécessaires pour les mettre en sécurité correctement.

« Toi, tu as pu protéger ta famille ? »

Il demandait cela dans le but de trouver une idée pour faire de même pour Jun et Sayuri. Il aurait aimé ne jamais avoir la possibilité de voler. Il serait peut-être mort écrasé à l’heure qu’il est mais en attendant, sa famille ne courrait aucun danger. Franchement, il y avait de telles ordures qui voulaient la peau des gens comme lui ? Pourquoi ?
Charlie souligna qu’il n’avait pas parlé de tuer père et mère pour le plaisir de caler l’expression dans sa phrase, il était sérieux. Mais ça à la limite, Kotaro l’avait bien compris. Soupirant, il regarda son interlocuteur et dit :

« Qui serait assez tordu pour ça … ? »

Il ne comprenait rien. Charlie semblait en savoir plus long que lui sur le sujet, mais ne semblait pas non plus vouloir s’épancher dessus. Comme il l’avait dit plus tôt il voulait « être sûr de son affaire ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Dim 1 Mai - 12:44

Charlie s’en voulait d’être à ce point alarmiste. Après tout, si Kotaro disait la vérité et il n’avait pas de raison de mentir là-dessus, sa faculté était toute récente et il ne l’avait utilisée que très peu de fois. Les chances que ça tourne mal étaient minimes pour le moment. Charlie avait eu le malheur d’être sous les feux de la rampe une fois où il était en très mauvaise posture. C’était comme ça que Primatech l’avait trouvé. Mais comment faisaient-ils généralement, il n’en n’avait pas la moindre idée. Leur façon de les localiser était une des nombreuses choses que l’écossais ignorait.

Cependant, il y avait le revers de la médaille. Il savait… il savait jusqu’où ils étaient prêts à aller et Charlie n’était pas suffisamment égoïste pour laisser ça arriver à quelqu’un d’autre que lui. S’il devait se la jouer comme ça pour que Kotaro mettre les siens à l’abri du danger alors il le ferait. Charlie n’avait peut-être plus de nouvelles de Mary et de ses neveux, mais au moins ils étaient en vie. Et lorsqu’on se retrouvait dans cette situation, la vie était le seul luxe qu’on pouvait se permettre d’avoir.

Lorsque son interlocuteur lui demanda s’il avait su protéger sa famille, les yeux bleus de Charlie dévièrent automatiquement sur son alliance qu’il portait encore. Il la caressa distraitement du pouce avant de ramener son regard sur Kotaro, l’émotion parfaitement décelable.

▬ Si c’était le cas, tu penses franchement que je serais là à te mettre en garde?... J’aurais mieux à faire, sans vouloir te vexer…

Sa voix n’était ni un reproche, ni sans la moindre trace de colère, sinon contre lui-même. En choisissant la vie le jour de cette fameuse mission qui aurait due le tuer, Charlie avait condamné sa famille sans le savoir. Un dictateur à renverser, une opération qui tourne mal et voilà que l’écossais était cité en exemple pour donner une leçon aux Nations Unies. L’erreur fut de vouloir en faire une mort spectaculaire. Un saut de l’ange du haut d’un building au lieu d’une simple balle dans la tête. L’instinct de survie avait poussé Charlie à vouloir s’accrocher aux parois, évidemment, et il avait réussi. Le seul problème était ces caméras qui avaient tout vu et ces images chocs qui avaient fait le tour du monde. Personne ne pouvait l’identifier, mais ces gens là avaient des moyens que la presse n’avait pas. Ils avaient trouvé qui il était, ils avaient trouvé où il vivait, mais surtout ils avaient trouvé sa femme et son fils.

▬ C’est difficile à dire. Je sais que c’est énorme, mais je sais même pas si c’est gouvernemental ou non. Mais ils ont des moyens, ça c’est certain. Les dernières technologies, des mercenaires… s’ils t’identifient, aussi bien dire que t’es cuit.

Se grattant la nuque pour ensuite se frotter un peu les yeux, Charlie prit une énième gorgée de son café. Il n’avait pas prévu faire cette rencontre en allant simplement prendre l’air. Ça compliquait sa journée et il ne pouvait même pas savoir jusqu’à quel point ça pouvait compliquer les choses.

▬ Mais écoute, je ne pense pas que tu ais de souci à te faire pour l’instant. Contentes-toi de profiler bas. Si tu ne fais que jouer à mr tout le monde, ils n’ont aucune raison de découvrir la chose.

Après la vérité choc, il était temps de dédramatiser les choses et de les replacer dans leur contexte.

▬ Ma bêtise a été d’en faire usage pour sauver mes fesses. C’est comme ça qu’ils m’ont trouvé. Évite de faire la même erreur et ça devrait aller. Mais rien ne t’empêche d’assurer tes arrières. Le mieux, c’est des faux papiers. Une nouvelle identité pour toi et pour qui tu voudras. Au moindre doute, tu disparais de la carte.

Ça impliquait de vivre en parano jusqu’à la fin de ses jours, mais Charlie considérait que c’était mieux d’être un parano en vie qu’un parano en vie avec le poids de la mort des gens qu’on aime sur les épaules.
Mais Kotaro n’était que flic. Il n’avait probablement pas les mêmes connaissances que Charlie, ou du moins l’écossais en serait fort surpris.

▬ Je peux t’aider pour ça. J’ai des contacts fiables si t’es prêt à y mettre le prix.

Car oui, hélas, rien n’était gratuit dans ce bas monde.

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Horikita Kotaro ;;
avatar
» Messages : 105
» Date d'inscription : 24/04/2011
» Age : 42
» Situation : Divorcé -pauvre chou-
» Emploi : Policier
» Pouvoir : Vol

Book
» Agenda
:
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Lun 2 Mai - 8:00

Visiblement, l’ex-soldat n’avait pas réussi à sauver sa famille, et il lui expliqua assez sèchement que si c’était le cas, il ne serait pas là en train de le mettre prudemment en garde, ayant sans doute mieux à faire. Kotaro ne se vexa pas, la situation était assez dramatique pour comprendre que Charlie devait être à cran. Et puis à l’entendre il n’avait plus grand-monde dans son entourage, par déduction. Dans ses maigres souvenirs, l’écossais ne parlait pas beaucoup de lui mais il savait tout de même qu’à l’époque il avait une femme. S’il avait perdu sa famille, il n’avait donc plus rien à perdre à part sa peau et c’était donc pour ça qu’il se permettait de perdre son temps à prévenir les gens qui n’étaient pas au courant comme Kotaro. Ca fait beaucoup de choses perdues dans l’histoire quand même !


« Pas d’inquiétude, je suis pas vexé. Il en faut plus pour vexer Koko voyons ! »


Humour, HUMOUR ! Oui bon ben on repassera. Toujours est-il c’était que maintenant que le flic savait qu’il était en danger et que sa famille, son entourage proche et même ses collègues l’étaient aussi par sa faute, il allait se tenir à carreaux et être aux aguets. Bon, d’après Charlie, s’il ne montrait aucun signe de ses dons, qu’il jouait au citoyen lambda poursuivant son petit train de vie, il aurait bien moins de chances de se faire repérer, ce qui paraissait logique en soi.
Mais Charlie savait quelque chose là-dessus, et Kotaro aurait bien aimé qu’il partager ses informations pour pouvoir être plus paré à l’éventualité d’une agression liée à son pouvoir.
Mais bon, le flic n’avait pas pu s’empêcher de penser à voix haute, trouvant qu’il fallait être particulièrement dérangé pour chercher à tout prix à mettre la main sur des gens comme eux, quitte à décimer une famille entière pour avoir ne serait-ce qu’une micro info. Mais il y avait des psychopathes prêts à tout pour arriver à leurs fins, c’était bien connu. L’être humain était un être vil et vicieux, dont il fallait se méfier plus que tout autre forme vivant sur Terre. Sa capacité à penser, réfléchir, planifier, le rendait dangereux et manipulateur. Qu’importe, Charlie avait répondu à sa pensée formulée à voix haute.


« J’imagine que si même un type comme toi n’a pas pu protéger les tiens, c’est qu’ils ne lésinent pas sur les moyens effectivement. »


C’était contrariant tout ça, très contrariant. Sa vie était déjà assez mouvementée pour qu’il y ajoute une chasse à l’homme jusqu’à la fin de ses jours, sérieusement ! Enfin bon, Charlie répéta une fois de plus que tant qu’il faisait profil bas, il n’y avait pas de raison qu’il soit repéré puisque ce n’était que la deuxième fois qu’il se servait de son don, et dans ses souvenirs il n’y avait pas de témoins la première fois non plus.
Puis il lui expliqua que son erreur à lui fut de vouloir sauver sa peau en utilisant son pouvoir. Il s’était fait repéré et avait été fiché. Suite à cela, ils avaient sans aucun doute mis la main sur ses proches et les avaient éliminés car ils ne répondaient pas à leurs questions. Pitoyable, l’être humain était pitoyable. Il lui dit que le meilleur moyen de se protéger était de changer d’identité avec des faux papiers. Ouais, elle était bien bonne celle-là, mais il n’avait aucune idée et aucun contact pour ce faire ! Il n’était qu’un simple flic de brigade de quartier, pas agent du FBI !
Mais encore une fois, Kotaro pensa trop vite puisque Charlie lui proposa son aide. La seule contrainte ? L’argent. Forcément, falsifier son identité coûtait cher, c’était connu. Mais pour protéger sa famille, Kotaro était prêt à mettre le prix. Il avait quelques économies sur son compte mais rien de très mirobolant. Selon le prix que c’était, il lui faudrait donc un peu de temps pour rassembler la somme requise.

Kotaro jeta un bref coup d’œil à sa montre et se rendit compte qu’il était largement temps qu’il retourne au commissariat, il avait pris une pause imprévue bien trop longue et surtout, il devait rentrer annoncer que le pick-pocket était toujours en liberté et que la course poursuite avait coupé court. Il faudrait donc lancer les recherches pour lui mettre la main dessus, mais ce serait peut-être trop tard. Koko s’en voulait vraiment d’avoir laissé filer un malfrat, mais au moins ça lui aura permis d’apprendre qu’il avait une chance sur deux de finir dans la ligne de mire de gens pas très honnêtes prêts à tuer beaucoup de monde pour avoir sa peau.
Il avala le reste de son café quelque peu refroidi d’une traite, renfila sa veste en cuir, et dit à Charlie en se levant :


« Je suis désolé de partir comme ça, mais je dois absolument retourner au commissariat. Et puis, si toi tu es fiché, vaut mieux pas qu’on traîne trop longtemps ensembles. »


Il soupira, posa de la monnaie sur la table et ajouta :


« Je te remercie de ton aide, je vais y penser. Je suis prêt à payer le prix qu’il faut. J’ai un moyen de te contacter pour qu’on en reparle ? Histoire que tu me donnes le montant à payer, tout ça … »


Hj – je coupe un peu court, désolée >< Mais ça me paraissait logique qu’il doive retourner bosser à un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ashita-hareru-kana.forumactif.org

     Duncan Charles ;;
avatar
» BOO, THEGHOSTCODEMASTER
» Messages : 277
» Date d'inscription : 22/04/2011
» Age : 43
» Situation : veuf, qu'elle infirmière soignera mon coeur blessé?
» Emploi : anciennement soldat et agent des services secrets britanniques, actuellement itinérant
» Pouvoir : ... call me spiderman
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   Lun 2 Mai - 15:43

HJ ~ No souci alors j'ai clôt et RDV plus tard pour de nouvelles aventures *0*


Eh bien non, Kotaro ne l’avait pas mal pris et il était bien difficile d’ailleurs d’en vouloir à un mec qui vous fait plus ou moins comprendre qu’il a perdu ce qu’il avait de plus cher au monde. Du moins dans cette situation précise. Nous sommes plus ou moins certains que les gens de chez Primatech s’en fichent pas mal et qu’ils lui en veulent quand même pour tous les soucis que l’écossais a bien pu leur créer depuis sept ans.

Un sourire se glissa sur les lèvres de l’ancien soldat à la réponse du japonais, tandis qu’il détournait lentement les yeux de sa main gauche. Ils ne s’étaient vu qu’une fois, il y avait une bonne dizaine d’années de ça et pourtant ça ne les empêchaient pas de se comprendre et d’être sur la même longueur d’onde.

Mais Charlie ne pouvait s’empêcher d’être insistant. Il fallait demeurer prudent et il fallait être prêt à lever les pattes aussi vite que possible. La rapidité d’exécution faisait toute la différence. Il fallait être préparé, autrement ce n’était même pas la peine de chercher à se sortir du pétrin. Aussi bien s’accrocher une pancarte autour du cou qui disait « je peux voler, enfermez-moi! »

▬ Ils m’ont eu par surprise. Autrement je te jure que ça aurait été différent.

Avec un peu de préparation, Charlie savait être irréprochable sous toutes les facettes, il va s’en dire puisque ça avait été son travail pendant de longues années. Analyser et étudier une situation pour que strictement rien n’échappe à votre contrôle. Mais voilà, tout avait dérapé ce fameux jour…
Mais avec des si on pouvait refaire le monde et quoi qu’il était difficile à Charlie de ne pas se laisser emporter dans le monde des suppositions, il se tue lui-même sur le sujet pour ne pas en rajouter. La seule chose que ça apportait, c’était d’empirer le sentiment de culpabilité…

Bref, l’écossais avait fait son boulot. Il avait mis le policier en garde, il lui avait offert son aide s’il voulait se préparer au pire et il ne pouvait rien faire de plus. Il n’était pas maniaque au point de jouer à la surveillance rapprochée. Il avait ses propres choses à faire notamment rejoindre Akira pour parler planque sécuritaire et sous les radars de la Compagnie.
Et Kotaro avait également ses propres trucs, soit son boulot et digérer toutes ces nouvelles informations que lui avait transmis Charlie.

▬ Pas de souci, je dois y aller aussi.

Terminant son gobelet de café, le grand brun se leva, fouillant sa poche arrière pour en sortir de quoi payer sa consommation. À la question du japonais, il s’empara d’une serviette en papier et emprunta son stylo à une serveuse qui était à la table juste à côté pour noter un numéro de portable.

▬ Tu l’apprends par cœur et ensuite tu détruis ça. Téléphone public, jamais ta propre ligne et je ne réponds pas, laisse un message. Invite Mariko à boire un verre où tu veux et ne donne pas ton nom je saurai que c'est toi, à moins d’un empêchement majeur, je serai là. Si je me pointe pas dans les cinq minutes, fou le camp.

Rendant son stylo à la serveuse, il tendit la serviette en papier à Kotaro. Il savait que sa marche à suivre faisait très paranoïaque, mais c’était pour le mieux autant pour le japonais que pour Charlie. Dans le cas de Charlie, si cette ligne était surveillée, ça passait facilement pour un faux numéro.

▬ Fait gaffe à tes fesses et n’hésite pas si y’a un problème. Je ferai ce que je peux.

Et il était facile de croire qu’il pouvait quand même beaucoup étant donné son vécu. Puis, il n’aimait pas trop livrer ces gens comme Kotaro à eux-mêmes. Ils tombaient dans l’incompréhension totale et n’avaient que rarement ne serait-ce qu’une petite base comme le japonais. Au moins il était flic, il comprenait certaines choses plus rapidement et était en mesure de se défendre si urgence il y avait. Mais Charlie savait que c’était tout de même rassurant de savoir qu’on pouvait s’adresser à quelqu’un.

Puis, sans plus qu’un signe de la main, l’écossais quitta le café.

__________________________________


« That's what we talking about! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

     Contenu sponsorisé ;;
MessageSujet: Re: Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une course poursuite qui finit mal | pv Charlie o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes ::  :: Archives :: Game-